Le «Monsieur Jardinier» d’Yverdon s’en va cultiver son propre jardin

RetraiteL’homme qui fleurit la ville quitte ce jeudi la tête des espaces verts de la commune. Un poste que Gilbert Bossy occupait depuis 1990.

Gilbert Bossy est responsable des espaces verts d'Yverdon depuis 1990.

Gilbert Bossy est responsable des espaces verts d'Yverdon depuis 1990. Image: CHRISTIAN BRUN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

A Yverdon, il y a deux «Monsieur Jardinier». Jean-Pierre Masclet et Gilbert Bossy. Le premier, responsable des Jardins du Cœur, doit son titre à l’émission de la RTS dont il est l’un des collaborateurs. Quant au second, il tire son surnom de sa longévité à la tête des Espaces verts de la Ville. Son bail avec cette dernière se terminera ce jeudi, l’horticulteur formé à Lullier (GE) ayant aspiré à prendre une retraite anticipée bien méritée. «J’ai 58 ans et la possibilité de partir. Autant en profiter. Le Service des jardins y trouvera un peu de sang neuf et, pour moi, c’est bien de partir avant qu’on me fasse comprendre qu’il est temps de m’en aller.»

Marié, père de deux grandes filles, le chef jardinier a déménagé il y a quelques années dans la Broye. Mais il reviendra souvent dans la ville qui l’a vu grandir et où il a fait son apprentissage entre 1975 et 1978. Pour voir ses parents. Et pour apprécier d’un œil enfin neutre l’œuvre de ses anciens collègues. «Je me réjouis de découvrir les massifs floraux qu’ils préparent spécialement en vue de la Schubertiade de septembre. Je vais me promener et me laisser surprendre.»

Si l’aménagement floral de ses ronds-points et parcs publics fait honneur à Yverdon, c’est en grande partie grâce à son regard d’expert. Apprécié unanimement pour son travail, Gilbert Bossy a la modestie des gens de la terre. Il refuse de tirer la couverture à lui et souligne à chaque fois qu’il le peut les mérites de l’équipe d’une trentaine de personnes qu’il dirige depuis 1990.

Un long bail au cours duquel le temps a fait son œuvre. Les dizaines de milliers de plantes (400 variétés différentes) qui embellissent Yverdon sont certes toujours cultivées et chouchoutées dans l’une ou l’autre des quatre serres bâties à la rue de l’Industrie, mais le travail a évolué. Surtout en hiver. «Avant, cette saison était surtout consacrée à la taille, à l’abattage des arbres, au renouvellement des arbustes. Aujourd’hui, on s’y emploie encore, mais le temps à disposition a considérablement diminué. La faute à de nouvelles tâches.» S’il refuse de parler de réchauffement climatique, Gilbert Bossy doit pourtant bien constater que désormais les feuilles mortes se ramassent encore à la veille de Noël et que la pelouse du Stade municipal doit déjà être tondue début février.

Dans les rues aussi, la donne a changé. «Bien sûr, on a gardé un côté un peu plus «tape-à-l’œil» vers le centre, où passe le plus de monde. Mais davantage d’espèces indigènes et des prairies fleuries, plus naturelles, sont apparues ailleurs.» De quoi gagner du temps au niveau de l’entretien? «Oui et non, car on y ramasse de plus en plus de détritus.»

Une tâche ingrate à laquelle le retraité ne sera pas confronté dans le jardin et le verger de son hameau payernois. «J’y trouverai largement de quoi m’occuper. Je vais me salir les mains, retrouver le contact avec la terre, que j’ai un peu perdu ces dernières années. J’étais moins sur le terrain et plus dans la planification.» (24 heures)

Créé: 12.04.2017, 21h22

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Angela Merkel lève son opposition au mariage gay, paru le 28 juin
(Image: Bénédicte?) Plus...