Payerne renonce à démonter un portail trop tape-à-l'œil

UrbanismeLaid selon la Commune, artistique selon sa commanditaire, le fameux portail ouvragé est toujours là.

Édulcoré de ses couleurs vives, le portail qui divise Payerne, rue de la Boverie, pourra finalement rester en place. L'artiste se dit soulagé.

Édulcoré de ses couleurs vives, le portail qui divise Payerne, rue de la Boverie, pourra finalement rester en place. L'artiste se dit soulagé. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’histoire ne dit pas si le bon goût a triomphé… Au cœur de toutes les discussions à Payerne, le fameux portail installé par une propriétaire devant son immeuble en plein centre-ville, sur la route fréquentée de la Boverie, fait de la résistance.

Qualifié d’«œuvre d’art» par sa commanditaire, de «véritable horreur» par ses détracteurs et de «réussite» par ses soutiens, ce portail particulièrement visible, massif, finement ferronné, doté de plaques de verre bleu et de motifs floraux, devait être démonté sur injonction de la Municipalité. Elle invoquait un article du règlement communal, le numéro 76, qui autorise l’Exécutif à «prendre toutes les mesures pour éviter l’enlaidissement» de la Cité de Berthe. C’était en janvier. Et le fameux portail est toujours en place.

«Finalement, on a trouvé une solution avec la Commune, et c’est mieux pour tout le monde, lâche Isaque De Paiva, dessinateur en bâtiment et auteur de l’œuvre en question. On a enlevé les plaques de verre et on a pu le laisser. L’esprit de l’œuvre reste, c’est l’essentiel.» Et quand il évoque les critiques, l’artiste préfère rester positif. «Je travaille différemment, c’est vrai, je me donne de la peine pour faire de belles choses, mais je respecte les autres. Les messages de soutien qu’on a reçus m’ont beaucoup touché.» L’affaire, révélée par 24 heures, avait en effet suscité des réactions variées. Les amoureux du portail évoquant par exemple sur notre site Internet la liberté d’expression artistique ou les pots à fleurs controversés de la place de la Concorde, également à Payerne.

Pour justifier la démolition du portail, la Commune avait invoqué la sensibilité urbanistique du centre-ville et insisté sur le fait que l’installation ne figurait pas dans la mise à l’enquête. «Le service en charge de la question n’est pas sourd et a préféré chercher une solution de compromis, réagit la syndique, Christelle Luisier. Ce portail n’est toujours pas forcément l’exemple le plus réussi d’intégration urbanistique, mais il faut être à l’écoute.» (24 heures)

Créé: 17.07.2017, 10h27

En version originale, le portail de cet immeuble payernois, décrié ou respecté selon les avis, a finalement été modifié par gain de paix. (Image: Jean-Paul Guinnard)

Articles en relation

«Retirez ce portail qu’on ne saurait voir!» ordonne la Municipalité

Payerne Un portail ouvragé à grands frais devra être retiré d’ici à la fin du mois, il est jugé peu esthétique et hors contexte dans le quartier. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...