Sous une pluie de confettis, Sainte-Croix oublie ses divisions

CarnavalLe carnaval local a offert aux Sainte-Crix trois jours de liesse qui n’ont pas été parasités par les éoliennes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

A Sainte-Croix, le carnaval est tombé à pic, trois semaines après qu’une majorité de la population a dit oui au parc éolien, à l’issue d’un scrutin qui porta à son paroxysme les divisions entre les habitants. Depuis de longs mois, le climat est en effet délétère sur le balcon du Jura. Mais ce week-end, l’heure était à la liesse. Les argumentaires des uns et des autres ont été réduits en confettis, que l’on s’est jetés par poignées dans les rues de la cité.

Pascal Broulis en avait dans les cheveux dimanche, après la grande parade. «Le carnaval, c’est l’occasion de faire une trêve», sourit le président du Conseil d’Etat, membre pionnier de la fête. L’éditeur Jean-Claude Piguet en convient avec enthousiasme: «Sainte-Croix avait bien besoin de ça. D’une réconciliation œcuménique, pour tourner la page.»

Passer à autre chose
Tourner la page. C’est en effet ce que les Sainte-Crix avaient à cœur de faire. Beaucoup de carnavaliers se sont dits heureux de passer à autre chose. Cela se voyait aussi dans les déguisements et la décoration des chars: aucune référence ou presque aux fameuses et fâcheuses éoliennes.

Contrairement à celui de 2011, le thème «Chic & Choc» du carnaval ne tendait pas la perche à ceux que démangeait l’envie de rire du débat énergétique. Les organisateurs avaient envie cette année «de rassembler» les Sainte-Crix. L’idée n’était donc pas de jeter de grandes lampées d’huile sur un feu qui couve encore. Sous la cantine tournaient les pales d’un moulin rouge. Alors, qui, pour oser, malgré tout, afficher une hélice? Un seul homme paradait recouvert d’éoliennes en carton: Albert Cloux. «Il y a eu tellement de polémiques là autour que nous avons décidé d’en faire le thème de notre costume», rigole-t-il aux côtés de son épouse, Marie, arborant, elle, le sigle nucléaire.

Au final, le carnaval a attiré plus de 6000 visiteurs. «Une bonne fréquentation, compte tenu du fait que les Brandons de Payerne se déroulaient aussi ce week-end», note Allan Müller, boss de la manifestation. Qui souligne «l’ambiance sympa» dans laquelle s’est déroulée la fête. «Les gens ont envie de se retrouver à présent. Tant mieux si on peut être un petit maillon de la chaîne.» (24 heures)

Créé: 26.02.2012, 20h55

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Swiss veut la retraite des pilotes à 62?ans
(Image: Bénédicte) Plus...