Un tribunal s’en va sur l’alpage pour juger l’impact des éoliennes

PaysageLa Cour visitait jeudi la crête destinée à accueillir les éoliennes de Vallorbe. Le verdict sera crucial pour les futurs projets.

Une quarantaine d'opposants, de spécialistes et de juristes ont visité jeudi le site de Sur Grati, alpage qui doit accueillir six éoliennes de 149m au rotor. Les juges devront lever les oppositions, mais surtout se prononcer sur l'effet visuel du programme éolien.

Une quarantaine d'opposants, de spécialistes et de juristes ont visité jeudi le site de Sur Grati, alpage qui doit accueillir six éoliennes de 149m au rotor. Les juges devront lever les oppositions, mais surtout se prononcer sur l'effet visuel du programme éolien. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Pour la visite, je précise qu’il est autorisé de laisser tomber la veste.» Sourire en coin et regard affûté, la présidente de la Cour du Tribunal cantonal menait jeudi une sortie dans les alpages de Sur Grati. Sous un ciel lourd, par une vingtaine de degrés et dans une file indienne complétée par une quarantaine d’opposants, de spécialistes et de participants divers, le tout dans des pâtures jaunes de pissenlits.

L’objet de tout ce ramdam à l’alpage? Les recours au projet éolien Sur Grati, porté par les communes de Vallorbe, de Vaulion et de Premier. Le but? Examiner in situ l’impact paysager des futures éoliennes vaudoises. Car outre les six hélices de Grati, l’enjeu des parties est évidemment d’obtenir une jurisprudence favorable pour les futurs parcs vaudois lors de leur probable passage en justice.

Le premier et dernier parc à être examiné, celui de Sainte-Croix, en 2014, avait été recalé de la question: il touchait un territoire déjà industrialisé et modifié par des lignes électriques. Pour les autres projets, ce ne sera plus le cas. Sur Grati, les opposants ont d’ailleurs insisté sur la virginité immaculée de ce recoin du canton de Vaud: la vue depuis le Mont-d’Or, l’effet sur les environs et sur le sol même: «Les chemins seront bétonnés et élargis pour les travaux», interpelle Roman Hapka, responsable romand de la Fondation suisse pour la protection du paysage (FP). «Pas partout, et c’est temporaire, rétorque le syndic de Vallorbe, Stéphane Costantini. Sitôt les mâts installés, ce sera remis en chemin d’alpage.»

Parc régional et lumières

Autre pique, l’effet sur le parc régional du Jura vaudois, sur sa charte et sur ses subventions. «C’est incompatible avec des éoliennes», soufflent les opposants. «Au contraire, le parc est pour le renouvelable», lâche un membre du comité du parc. «Et les communes peuvent en sortir quand elles veulent», ajoutent les élus locaux. «Et de nuit? N’oubliez pas que ça va clignoter de partout», chargent les opposants. «La Confédération évalue encore la question», nuance la défense.

L’idée des opposants est de faire considérer l’impact cumulé, voire d’obtenir une suspension de la procédure le temps que les trois parcs du périmètre parviennent en justice. «Regardez là, il y aura Bel Coster, on voit le mât de mesure. Ici en face, les douze éoliennes du Mollendruz. En tout, ça en fera 27 dans la région», tonne Pierre Chiffelle, défendant entre autres la Fondation suisse pour le paysage. «On parle de Sur Grati ici», recadre régulièrement le syndic de Vallorbe, Stéphane Costantini.

Bref. En chaussures de marche et en veston dans l’herbe grasse, les coups ont fusé. Et pas pour rien. C’est que le débat ne touche pas un terrain vierge. Depuis plusieurs années, bureaux spécialisés et fonctionnaires ont tenté de mettre en place des outils d’évaluation de l’impact paysager de l’éolien.

Regard objectif

«Dans la sélection des parcs, on a considéré un ensemble de critères paysagers, détaille François Schaller, ingénieur à la Direction générale de l’environnement, à l’ombre d’un sapin. Il faut voir la valeur du paysage dans lequel les éoliennes s’insèrent. Est-il unique ou reproductible? Les mâts vont-ils suivre l’ondulation naturelle des crêtes? Des points emblématiques seront-ils touchés?»

On pense notamment aux points de vue touristiques, ou à Romainmôtier et Vaulion, classés pour leur patrimoine bâti. Là, les spécialistes ont recours aux bases de la géométrie. «On fait un rapport entre une éolienne et un édifice, comme un clocher, depuis un point de vue voisin. Il faut ensuite comparer la taille des deux éléments, au même niveau, sans perte de netteté. Ça permet de définir objectivement leur place dans un regard, résume Aline Guillaume-Gentil, ingénieure impliquée dans l’étude d’impact de Sur Grati. Après, le reste rentre dans le domaine du subjectif.»

Et surtout dans la délicate pesée d’intérêts des juges, qui devront se prononcer sur le coût visuel de la transition énergétique. (24 heures)

Créé: 18.05.2017, 21h47

Articles en relation

Vallorbe offre une victoire symbolique aux éoliennes

Référendum Avec 57,5% de oui, les Vallorbiers acceptent le parc éolien Sur Grati. Ce vote avait valeur de test. Plus...

Les fronts éoliens se précisent à Sur Grati

Vallorbe Les opposants ont déposé trois recours en justice, tandis que les partisans de ce projet éolien s'annoncent prêts à convaincre. Plus...

Les vieilles pierres, ce nouvel écueil des éoliennes vaudoises

Energie Les opposants au projet éolien de Sur Grati avancent un argument original: comment construire un parc près d'un site classé? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

De nombreux enfants et adolescents assistaient au concert d'Ariana Grande, délibérément visé par l'attaque, selon la première ministre Theresa May. La plus jeune victime s'appelait Saffie Rose Roussos. Elle avait 8?ans.
(Image: Bénédicte) Plus...