Placer une prothèse de la hanche, c’est courant mais pas à prendre à la légère

LausanneLe taux de satisfaction des patients se situe autour de 95%. Le point avant une conférence médicale.

Les Dr Marco Saglini (à g.) et Christophe Sadowski donnent une conférence médicale sur la prothèse de hanche.

Les Dr Marco Saglini (à g.) et Christophe Sadowski donnent une conférence médicale sur la prothèse de hanche. Image: PHILIPPE MAEDER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Chaque année, en Suisse, 25'000 prothèses de hanche sont implantées sur des patients dont la moyenne d’âge est d’environ 65 ans. «La décision de proposer cette intervention relativement lourde n’est pas prise à la légère», affirment les Dr Christophe Sadowski et Marco Saglini, orateurs de la conférence médicale organisée le 26 avril par le groupe Hirslanden et 24 heures.

Pour les deux spécialistes en chirurgie orthopédique et traumatologie, ex-médecins-chefs à l’Hôpital de Morges désormais installés dans un cabinet privé, la question clé est la suivante: êtes-vous gêné ou souffrant au point d’envisager une opération relativement importante et comportant quelques risques?

Les patients consultent parce qu’ils ont des douleurs, de la peine à effectuer certains mouvements et à marcher. «La discussion avec le patient ainsi qu’un examen clinique testant la mobilité de la hanche permettent de s’assurer que les douleurs ont bel et bien pour origine l’arthrose de la hanche, soit l’usure du cartilage, et non d’autres pathologies comme, par exemple, une tendinite, une inflammation du nerf sciatique ou une hernie inguinale», expliquent les médecins.

Les douleurs dues à l’arthrose de la hanche se situent le plus souvent au pli de l’aine ou dans la fesse et peuvent irradier dans la cuisse, voire jusque dans le genou. Une radiographie permet de confirmer l’arthrose. «Dans la majorité des cas, elle suffit à mettre en évidence les signes radiologiques d’une arthrose: un espace rétréci dans l’articulation, des becs osseux, une densification de l’os, entre autres.»

L’intervention n’est programmée qu’après épuisement des traitements comme les médicaments anti-inflammatoires ou la physiothérapie. «Pour la hanche, les infiltrations ne donnent pas de très bons résultats», constatent les médecins. Dès les premiers signes d’arthrose, il importe de poursuivre des activités physiques afin de maintenir sa musculature.

La pose d’une prothèse (anesthésie complète ou moitié inférieure du corps) dure entre une et deux heures. Le patient est déjà levé le soir même. «La récupération dépend de l’état général du patient et de celui de ses muscles.» Une prothèse de hanche comporte une tige insérée dans le fémur sur laquelle est emboîtée la tête. Celle-ci s’articule avec l’implant fixé dans le bassin. La composition des prothèses a varié. Aujourd’hui, on utilise pour la partie mobile le tout céramique ou de la céramique couplée avec du polyéthylène hautement réticulé.

Il existe aussi différentes techniques d’implantation de la prothèse. Relativement récente, la voie mini-invasive évite de devoir couper des muscles, ce qui permet une récupération plus rapide. L’infection, heureusement rare, constitue le risque le plus sérieux et nécessite le plus souvent une seconde intervention. Le taux de satisfaction des patients opérés est d’environ 95%. Quinze ans après l’opération, plus de 90% des prothèses sont toujours en place.

(24 heures)

Créé: 19.04.2017, 21h17

Infos

«Prothèse totale de hanche» Conférence médicale avec les Dr Christophe Sadowski et Marco Saglini
Me 26 avril 2017, 20 h, Hôtel Alpha-Palmiers, Lausanne. Entrée libre

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Swiss veut la retraite des pilotes à 62?ans
(Image: Bénédicte) Plus...