Le karting provoque une levée de boucliers à Saint-Triphon

OppositionLes habitants du hameau veulent contrer ce projet qui n'a que des défauts à leurs yeux.

C'est au Lessus, en contrebas de la colline de Saint-Triphon, qu'aimerait s'implanter le karting.

C'est au Lessus, en contrebas de la colline de Saint-Triphon, qu'aimerait s'implanter le karting. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Point n’est besoin d’attendre que les petits véhicules tournoient au Lessus pour que les habitants des environs frémissent. Le projet d’une piste de karting outdoor de 1 km au pied de la colline de Saint-Triphon provoque un tollé dans le hameau. Choqués par une perspective qui, à leurs yeux, ne cadre pas avec la vie locale, des habitants ont décidé d’organiser la riposte. Leur mobilisation débouche sur une kyrielle d’oppositions.

«En apprenant l’existence de ce projet, nous avons été nombreux à nous inquiéter, relève Damien Joss, membre du comité d’opposition. Nous avons organisé une soirée d’information, et je peux vous dire que personne n’était favorable à ce projet.» Pas moins de 100 personnes, soit un quart de la population de Saint-Triphon, ont pris part à cet échange au terme duquel les participants ont décidé de se mobiliser par voie d’oppositions. A ce jour, 60 d’entre eux ont annoncé avoir entamé des démarches. «Nous avons décidé de privilégier les oppositions individuelles pour avoir plus de poids», précise Damien Joss.

Crainte du bruit

Ces riverains craignent d’abord les nuisances sonores. «Cette activité hausserait de 20 à 25 décibels le volume sonore dans le village. Imaginez que votre voisin tonde le gazon à longueur de journée pendant les week-ends et les jours fériés, cela vous donne une idée…» Ils s’inquiètent ensuite de la pollution directe et indirecte générée par cette activité. «Il y a les karts avec leurs gaz d’échappement, mais aussi les véhicules des gens venant pour pratiquer. En nous basant sur les données du karting de Vuitebœuf – que le promoteur prend comme référence –, on parlerait de quelque 90'000 véhicules par an. Nos infrastructures routières ne sont pas adaptées, et notre sortie d’autoroute est déjà particulièrement dangereuse.»

L’environnement naturel et la distance aux habitations figurent également parmi les motifs d’opposition, tout comme l’affectation du terrain, qui, de l’avis de ces citoyens, ne permettrait tout simplement pas de développer une infrastructure de loisirs. «Nous espérons le retrait pur et simple du projet, nous ne voyons aucun bénéfice à en tirer», conclut Damien Joss.

Selon toute vraisemblance, les habitants de Saint-Triphon ne seront pas les seuls à s’élever contre ce dossier. «Nous avons déjà enregistré une vingtaine d’oppositions et nous en recevons encore tous les jours», constate Pierre-Alain Martenet, adjoint au responsable technique de la Commune d’Ollon. L’enquête publique court jusqu’à la fin de la semaine prochaine. (24 heures)

Créé: 27.04.2016, 18h27

Articles en relation

Une piste de karting va vrombir au bas des carrières du Lessus

Saint-Triphon Si tout va bien, une vingtaine de karts tourneront au pied de la carrière d'ici à 2017. Un projet de circuit est à l'enquête. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 3

Faut-il opérer les gens qui naissent «intersexes»? Paru le 3 janvier 2017.
(Image: Bénédicte) Plus...