Une piste de karting va vrombir au bas des carrières du Lessus

Saint-TriphonSi tout va bien, une vingtaine de karts tourneront au pied de la carrière d'ici à 2017. Un projet de circuit est à l'enquête.

La piste de karting extérieure de près d’un kilomètre de long et de 7 mètres de large est projetée entre les voies CFF et la carrière du Lessus.

La piste de karting extérieure de près d’un kilomètre de long et de 7 mètres de large est projetée entre les voies CFF et la carrière du Lessus.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Nous voulons affecter la partie sud de la carrière aux loisirs», confie Luc Briquet, président et propriétaire des carrières du Lessus, à Saint-Triphon (commune d’Ollon). Il vient de mettre à l’enquête publique la création d’une piste de karting extérieure de près de 1 kilomètre de long et de 7 mètres de large prévue entre les voies CFF et la carrière, qui n’est aujourd’hui plus exploitée, mais en phase de remblayage. Le projet comprend également la construction d’un bâtiment de 25 mètres sur 10 mètres sur deux étages, destiné à l’accueil des visiteurs, ainsi qu’à des vestiaires.

«Nous voulons créer un karting proche de celui de Vuite­bœuf, poursuit Luc Briquet. Au départ, j’entends commencer par y placer une vingtaine de karts – munis de moteurs à essence quatre temps, donc peu bruyants –, puis d’en augmenter le nombre en fonction de l’affluence. Le karting ne devrait être exploité initialement que les week-ends.» Le coût de cette partie des infrastructures est estimé à 2,8 millions de francs.

Jeux de simulation

Parallèlement, le patron des carrières soumet aussi à la consultation publique, au nord du karting projeté (côté Lausanne), la construction d’une halle de 30 mètres sur 50 mètres sur quatre niveaux, qui comprendra 111 places de parking ainsi que des salles. Là, il est prévu de placer des jeux de simulation liés à l’automobile. «Ces lieux seront dédiés aux passionnés de voitures de course ou autres véhicules de collection», ajoute ce dernier. Coût de ce volet: 3,5 millions, sans compter les animations.

«Nous voyons d’un bon œil ce projet, commente Jean-Luc Chollet, syndic. Il constituera une attraction touristique en mesure d’attirer les visiteurs qui se rendent à Villars.»

Du côté de la Commune, on ne craint pas démesurément les nuisances du karting. «L’endroit est idéalement situé en zone artisanale avec la tolérance au bruit la plus élevée, précise Pierre-Alain Martenet, responsable de l’Urbanisme et de la police des constructions d’Ollon. La zone est en outre peu habitée. Et, pour l’heure, le Canton n’a pas demandé de rapport d’impact.»

Projets environnementaux

D’ailleurs, Luc Briquet entend continuer à créer des projets liés à l’environnement sur le site, dans le prolongement de ceux déjà réalisés, «Gingko paysage» ou «Jardins et sculpture». «Petit à petit, les carrières vont être rendues à la nature, glisse-t-il. Je souhaite ainsi mettre en valeur la colline du Lessus, où se trouve déjà un jardin botanique.»

Dans l’intervalle, l’entreprise du Lessus poursuit le remblayage de la carrière. Elle accueille une décharge de matériaux inertes et s’active dans le traitement de matières d’incinération, d’excavation, et recycle le ballast de chemin de fer des CFF.

Le site comprend aussi la carrière des Andonces, aujourd’hui inexploitée, qui sert régulièrement de cadre aux spectacles déjantés de la troupe Karl’s Kühne Gassenschau. Si la procédure se déroule sans retard, le permis de construire devrait être obtenu en mai. (24 heures)

Créé: 12.04.2016, 09h18

Reconversion en cours

Si le sud de la carrière sera dédié aux loisirs, la partie nord a en partie déjà entamé sa reconversion. Le propriétaire y a construit en 2015 un bâtiment comprenant 13 halles de près de 200 m2 qu’il vend – au prix de 400 000 francs chacune – ou loue à des PME. «Trois halles sont déjà vendues et six autres louées, confie-t-il. Elles suscitent de l’intérêt. Mais il en reste donc encore à prendre…»

Mais ce dont Luc Briquet paraît le plus fier est son Restaurant One Again, construit il y a trois ans. L’immeuble qui l’abrite va être agrandi sous peu. «Je veux y mettre une garderie pour enfants et des bureaux à l’étage. Le but est de créer une sorte de petit village convivial.»

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 3

Faut-il opérer les gens qui naissent «intersexes»? Paru le 3 janvier 2017.
(Image: Bénédicte) Plus...