Vevey dit non à 350 nouveaux logements

VotationLes citoyens de la Ville d'images ont refusé à 52,65% le vaste projet de CFF Immobilier sur la friche de la Cour aux Marchandises.

Une partie du comité référendaire jubile quelques minutes à peine après l’annonce du résultat. Celui-ci appelle la Municipalité a réviser les règles en matière de construction à Vevey et à envisager l’idée d’exproprier les CFF à la Cour aux Marchandises.

Une partie du comité référendaire jubile quelques minutes à peine après l’annonce du résultat. Celui-ci appelle la Municipalité a réviser les règles en matière de construction à Vevey et à envisager l’idée d’exproprier les CFF à la Cour aux Marchandises. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Et de trois référendums gagnants en quatre ans à Vevey sur des projets immobiliers. Après ceux de l’avenue de Savoie (2015) et du Restaurant du Rivage (2013), le quartier d’habitations prévu par les CFF à la Cour aux Marchandises a été refusé à 52,65%, soit un écart de 255 voix, avec une participation de 40%.

Le projet Places Reller prévoyait 350 logements (dont 20% à loyer modéré), des locaux commerciaux et d’artisanat, et des lieux publics entre les voies CFF et l’avenue Reller, en lieu et place du parking de 400 places, de la déchetterie provisoire et du théâtre des Trois-Quarts actuels. Les premiers des 800 habitants étaient attendus pour 2021.

Pour les vainqueurs du jour, le message est clair: «Après trois coups de semonce en quatre ans, la Municipalité doit entendre que les Veveysans attendent qu'elle ait une vision globale du développement urbanistique de sa ville avant tout grand projet», lance Eric Studer, l’un des membres du comité référendaire.

Pour rappel, son parti Décroissance-Alternatives et les Verts sont à l’origine du vote de ce dimanche. C’est eux qui ont récolté 2400 signatures pour contester le Plan partiel d’affectation validé par le Conseil communal en 2015. Ce document fixait les gabarits et l’emprise maximale du projet.

Les référendaires ne partaient pas gagnants face à la coalition nourrie du comité de soutien. Aux côtés de CFF Immobilier, une majorité du Conseil communal – PLR, PS, PDC et Vevey Libre – a milité en vain au cours d’une campagne féroce. «Nous prenons acte, communique le camp du oui, tout en restant convaincus que le PPA Cour aux Marchandises aurait en partie contribué à résoudre un des principaux problèmes de Vevey, à savoir le manque de logements, notamment à loyer abordable.»

Dès l’annonce du résultat, les référendaires ont mis la pression sur la Municipalité. Ils l’appellent à réviser les documents «obsolètes» qui régissent la construction à Vevey, en premier lieu le Plan général d’affectation, vieux de quarante ans. «D’ici-là, nous en appelons à un moratoire sur tout nouveau projet d’envergure, avec un vrai processus participatif des Veveysans pour fixer les règles, lance Alain Gonthier, l’un des chefs de file des référendaires. Nous devons aller vers une autre logique urbanistique.»

De son côté, la Municipalité communique qu’elle «prendra en compte les enjeux soulevés au cours de la campagne, tant dans le cadre d’un souhaitable nouveau PPA Cour aux Marchandises, qu’en regard des autres PPA dans la commune». Pour le municipal de l’Urbanisme Jérôme Christen, «la majorité des citoyens et citoyennes veveysans estime que nous devons contenir la densification et mieux l’accompagner».

Vers vingt ans d’attente?

A entendre Guillaume Dekkil, chef du projet Places Reller chez CFF Immobilier, tout projet à la Cour aux Marchandises est compromis: «Notre priorité ira à d’autres terrains où nous bénéficions de plus de soutien. Cette friche risque de rester longtemps en l’état». «Vingt ans au moins», prédit Susanne Zenker, cadre chez CFF Immobilier.

Le comité référendaire ne l’entend pas de cette oreille, à entendre Yvan Luccarini (Décroissance-Alternatives): «C’est l’un des derniers terrains constructibles de Vevey. En cas de projet d’intérêt général, la Municipalité a la possibilité d’exproprier et il serait approprié qu’elle étudie cette option.»

C’est peu dire que la tâche de l’Exécutif s’annonce compliquée lui qui, selon la syndique Verte Elina Leimgruber, aspire à «avancer dans un esprit positif avec les CFF». L’exécutif veveysan espère «que ce terrain, qui n’a actuellement aucune valeur architecturale ou sociale, connaîtra une valorisation prochaine» et entend «discuter avec les CFF de la suite à donner». (24 heures)

Créé: 12.02.2017, 16h18

Un choix courageux

par Karim Di Matteo, rédacteur

La Municipalité de Vevey essuie une troisième claque en quatre ans (à cheval sur deux législatures) après les référendums de l’avenue de Savoie et du Rivage. Malgré les chiffres faméliques du taux de vacance du parc locatif veveysan, elle en tire les leçons qui s’imposent: en dépit de l’urgence d’offrir des logements abordables aux Veveysans, quelque chose doit changer en termes de planification urbanistique.

Pour les perdants de cette campagne, Vevey joue avec le feu en désavouant les CFF, c’est vrai, car la Ville n’a besoin que d’une main pour compter les terrains susceptibles d’accueillir du logement. Mais le vote de ce dimanche a le mérite d’un certain courage. Sans nier les besoins de leur ville, 52,65% des Veveysans ont refusé de céder à l’argument de la dernière chance, du dernier train à prendre pour ne pas rester à quai, «du diktat de l’ogre CFF». Au pays de Nestlé, Vevey s’est au contraire plu à réaffirmer sa fibre de ville de gauche et alternative (ou ce qu’il en reste). L’ex-régie fédérale pourrait aller voir ailleurs?

Qu’importe, ont répondu les citoyens de la Ville d’images, la qualité de leur cité vaut bien une réflexion globale et, pour reprendre un terme cher aux vainqueurs du jour, participative. Le défi de la Municipalité est aujourd’hui de prendre le temps de poser les jalons d’une vision nouvelle à Vevey, en dépoussiérant les règles du jeu, pour les habitants d’aujourd’hui et de demain, à la Cour aux Marchandises et ailleurs. Ce ne sera pas chose aisée après sa position effacée durant cette campagne. Convaincre les CFF – que les référendaires suggèrent d’envisager d’exproprier! – de remettre l’ouvrage sur le métier le sera encore moins. C’est pourtant à elle qu’il revient de démontrer que Vevey n’a pas laissé passer sa dernière chance. (Image: ODILE MEYLAN)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 3

Faut-il opérer les gens qui naissent «intersexes»? Paru le 3 janvier 2017.
(Image: Bénédicte) Plus...