Le chantier qui transformera le Chablais a démarré en Valais

3e Correction du Rhône (1/5)Le 3e chantier de sécurisation du Rhône est en cours. A Viège, les travaux donnent un aperçu de ce colossal projet qui durera une vingtaine d’années dans le Chablais.

A Viège, la digue du Rhône a reculé de 35 m, afin de laisser le fleuve méandrer. C’est l’une des principales mesures qui seront entreprises sur tout son cours pour sécuriser la plaine.

A Viège, la digue du Rhône a reculé de 35 m, afin de laisser le fleuve méandrer. C’est l’une des principales mesures qui seront entreprises sur tout son cours pour sécuriser la plaine. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

A serpenter tranquillement entre les bancs de limon et de gravier, le Rhône a l’air rassurant. On peine presque à reconnaître le fleuve qui avait ravagé la ville de Brigue en 1993 et noyé une bonne partie du Valais en octobre 2000.

A Viège, au pied de l’usine chimique Lonza, ces images de dévastation devraient désormais appartenir au passé. Le chantier de sécurisation du fleuve - l’ambitieuse 3e Correction du Rhône - a démarré il y a environ un an. Le premier tronçon terminé donne un aperçu clair de l’orientation du projet: exit la volonté de dompter les eaux en canalisant leur cours; le Rhône pourra en faire à sa tête. Ou presque: «La grande différence avec les précédentes corrections du Rhône est que nous partons aujourd’hui du principe que, malgré toutes les mesures - une crue majeure se produira tôt au tard, explique Tony Arborino, chef du projet Rhône 3 pour l’Etat du Valais. Ce que nous pouvons faire, c’est décider à quel endroit le fleuve débordera pour occasionner le moins de dégâts possibles.»

Du Haut-Valais au Léman – une distance de 150 km – des digues seront consolidés, des déversoirs créés, le lit creusé par endroits. Mais le maître mot de cette 3e Correction est «dynamique». Alors que les deux corrections précédentes avaient pour principe de canaliser le fleuve, «Rhône 3 va lui redonner libre cours en le laissant méandrer», poursuit Tony Arborino. Pour y parvenir, il s’agit d'élargir le lit du Rhône sur de nombreux secteurs, du Haut-Valais au Chablais. A Viège, la rive droite a été consolidée par le biais de parois de béton, coulées dans la digue. La rive gauche, elle, a reculé de 35 m, rongée par les machines puis l’action du fleuve. «Ici, on a un bon aperçu de ce que donnera le chantier dans le Chablais, souligne Tony Arborino. Même si l’ampleur des travaux y sera tout autre.»

Plusieurs élargissements sont prévus, notamment à la hauteur d'Yvorne et Vouvry (traits violets). LDD - DGE

Elargissements à Aigle

Dans le secteur des Iles d’amont, entre Bex et Ollon, la largeur du Rhône augmentera de 60 m, pour atteindre 95 m. Plus loin, aux Iles de Clous, à la hauteur du restoroute Chablais, un élargissement similaire est projeté. «Dans les deux cas, ces élargissements permettront de reconnecter au fleuve d’anciennes forêts alluviales», explique Michel Noez.

Mandaté par les Etats de Vaud et du Valais, c’est lui qui pilote la correction du Rhône sur sa partie chablaisienne. Dans cette seule région, une crue massive pourrait causer jusqu’à 2,2 milliards de francs de dégâts. L’objectif prioritaire de ce vaste chantier devisé à 3 milliards de francs (dont 700 millions pour la partie chablaisienne) est donc sécuritaire. Mais pas que… «En élaborant ce projet, il a fallu trouver un compromis entre mesures de protection des riverains, intérêts économiques et plus-values environnementales», note Philippe Hohl, chef de la division Ressources en eau et économie hydraulique du canton de Vaud.

«Un compromis»

La création d’un delta à l’embouchure dans le Léman permettra de valoriser la faune et la flore de ce secteur. A l’opposé du tronçon chablaisien, une usine hydroélectrique pourra être aménagée (24 heures du 29 novembre). Entre deux, zones industrielles, habitations et terres agricoles seront protégées des crues et de nombreuses zones de loisirs et des tracés dévolus à la mobilité douce seront aménagés. «J’ai le sentiment qu’on a trouvé un bon compromis, estime Philippe Hohl. Mais je reste curieux du résultat de la mise à l’enquête et de toutes les remarques qui seront formulées par les différents acteurs: agriculteurs, milieux environnementaux, etc.» La mise à l’enquête est prévue pour l’automne prochain (lire ci-contre). (24 heures)

Créé: 27.12.2016, 17h09

Articles en relation

La troisième correction du Rhône passe la rampe

Valais Les citoyens approuvent un décret de financement qui débloque les travaux de sécurisation de la plaine. Plus...

La correction du Rhône plonge Fully au cœur de la bataille

Valais Les Valaisans votent le 14 juin sur le financement du chantier titanesque. Reportage à Fully, l’une des communes les plus concernées. Plus...

Port-Valais s’inquiète pour ses digues

Projet Rhône 3 La Commune s’impatiente de voir se concrétiser le projet de 3e correction du Rhône. Et insiste sur l’importance du référendum du mois de juin. Plus...

La 3e Correction en six dates

Juin 2006 Le Conseil d’Etat valaisan adopte le Plan sectoriel Rhône, qui admet les dangers et fixes les objectifs pour la sécurisation du fleuve.

Novembre 2010 Une série de travaux de sécurisation prioritaires (MUT ou mesures urgentes et transitoires) sont réalisés sur les digues à la hauteur d’Aigle.

Novembre 2012 Les Conseils d’Etat vaudois et valaisan valident le concept Rhône 3.

Mars 2015 Un avant-projet détaillé est remis pour le tronçon chablaisien.

Dès janvier 2016 Différentes mesures anticipées sont réalisées à Illarsaz et Port-Valais.

Fin 2017 Les mesures prévues dans la Chablais devraient être mises à l’enquête publique.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Face à la concurrence étrangère et la chute des prix de l'électricité, l'industrie hydroélectrique suisse est à la peine. La question de son soutien sera au menu du Conseil national la semaine prochaine
(Image: Bénédicte) Plus...