Le chèque tant attendu lui a enfin été payé… mais aussitôt repris!

MontreuxMarcel Jost attend de se voir verser 5300 francs. Il devra encore patienter, en principe jusqu’à fin février, pour voir la fin de son parcours du combattant.

Marcel Jost attend depuis deux ans de pouvoir toucher son dû. Il devrait bientôt être satisfait.

Marcel Jost attend depuis deux ans de pouvoir toucher son dû. Il devrait bientôt être satisfait. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«C’est quand même bizarre: ils auraient au moins pu m’appeler pour me prévenir.» Marcel Jost, de l’entreprise de pompes funèbres éponyme, croyait avoir trouvé un cadeau bienvenu sous le sapin de Noël. Enfin, le chèque bancaire de 5300 francs qu’il attend depuis une éternité venait de lui être payé! Mais il n’a pas eu le temps de pousser un ouf de soulagement: sur son décompte, il a constaté que le montant a été repris à peine quelques jours après le versement.

Pour mémoire, Marcel Jost a affronté une avalanche de problèmes depuis qu’un de ses clients, domicilié à l’époque en Irlande, lui a envoyé (sans le consulter) un chèque bancaire de la Banque d’Irlande pour payer l’enterrement de sa mère. Ce papier valeur (daté de novembre 2014) était adressé au Credit Suisse. Si bien que Marcel Jost s’était tourné vers cette banque pour se faire verser l’argent. Mais l’organisme lui avait rétorqué qu’il manquait l’adresse de son entreprise, pourtant la seule Jost Pompes funèbres dans toute la Suisse. Après moult péripéties, Marcel Jost avait appris qu’il n’avait qu’à rajouter lui-même à la main l’adresse manquante sur le chèque. Une fois qu’il s’est exécuté, on lui a rétorqué qu’il était trop tard… Lorsque 24 heures a relaté ce différend (dans un article du mois dernier), tant le Credit Suisse que La Poste (où Marcel Jost détient son compte) avaient affirmé que le cas serait réglé.

«Nous avons informé Marcel Jost. C’est une erreur de notre part»

Ceci n’est pas remis en question, affirme PostFinance. Pourquoi donc ce nouveau rebondissement? «Nous avons informé Marcel Jost. C’est une erreur de notre part», explique Johannes Möri, porte-parole de PostFinance. Il existe deux procédures pour créditer un chèque. «Sauf bonne fin» signifie que le montant est versé directement, mais qu’il peut être repris. Pour rappel, même l’ombudsman des banques (instance de médiation neutre qui traite les plaintes de clients contre des banques ayant leur siège social en Suisse) a relevé un cas où l’argent versé par chèque a été repris… deux ans plus tard! A tel point que l’ombudsman recommandait en 2004 déjà «de n’accepter les paiements par chèque qu’en l’absence d’autre solution, et jamais de partenaires inconnus».

La deuxième façon de créditer un chèque est «après encaissement». «Nous attendons donc que Credit Suisse nous paie, et dès que nous recevrons l’argent, nous pourrons créditer le compte de Marcel Jost, précise Johannes Möri. Nous avons appliqué la procédure «sauf bonne fin» puis nous nous sommes rendu compte que nous aurions dû appliquer celle «après encaissement». Le règlement prendra encore entre 4 et 6 semaines. Mais nous espérons qu’au plus tard à fin février, tout le monde sera heureux que cette affaire soit enfin finie.» (24 heures)

Créé: 11.01.2017, 19h30

Articles en relation

Parcours du combattant pour se faire payer un chèque

Banque Marcel Jost a remué ciel et terre. En Suisse, il vaut mieux refuser ce type de paiement. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les Suisses dindons de la farce du roaming, paru le 24 juin
(Image: Valott) Plus...