Une déchetterie provisoire mise en place à Vevey

DéchetsLes travaux de la commission consultative sur les déchets à Vevey viennent de déboucher sur des mesures concrètes.

La déchetterie provisoire sera installée à l’avenue Reller, au nord des voies CFF, sur un terrain propriété de l’ancienne régie fédérale.

La déchetterie provisoire sera installée à l’avenue Reller, au nord des voies CFF, sur un terrain propriété de l’ancienne régie fédérale. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Depuis l’introduction de la taxe au sac, en janvier 2014, dépôts sauvages, problèmes de tri, encombrants déposés sans autorisation sont le lot quotidien de la Ville de Vevey.

A la suite de diverses interventions au Conseil communal, mais surtout à l’instigation des Verts, un groupe de travail a été constitué pour améliorer la gestion des déchets. Il est composé de représentants de partis politiques, d’employés communaux, d’un édile et d’intervenants externes.

«Ses membres se sont réunis à huit reprises. Les séances se sont déroulées dans un climat paisible et de manière constructive», explique Marcel Martin, municipal démissionnaire de la Direction des espaces publics. Des solutions concrètes, acceptées par la Municipalité et prochainement appliquées, ont été décidées. La principale concerne la création d’une déchetterie provisoire, argument par ailleurs largement débattu lors de la campagne électorale (le premier tour de la complémentaire à la Municipalité a lieu demain). Un lieu de stockage et de transfert sera conçu en ville, en attendant la construction d’une déchetterie fixe qui serait installée à Gilamont (nord de la commune).

L’installation provisoire prendra place à l’avenue Reller, au nord des voies CFF, sur un terrain propriété de l’ancienne régie fédérale. «Actuellement s’y trouvent une soixantaine de places de parc», précise le syndic, Laurent Ballif. Les CFF mettent à disposition de la Ville cette parcelle en location jusqu’au 30 juin 2018.

Autres mesures

Dès lors, quand cette déchetterie intermédiaire va-t-elle entrer en fonction? «Le plus vite possible», avance prudemment Marcel Martin. «Nous espérons avant la fin de l’année», complète le syndic. Les autorités et le service concerné vont désormais commander les bennes et tout le matériel nécessaire, aménager les accès et clôturer la déchetterie. Le coût réel de l’opération est en cours de finalisation.

D’autres mesures vont entrer en vigueur. Quinze écopoints seront maintenus sur les 48 existants, ce qui répond également au souhait émis par les candidats à l’élection. Les pictogrammes jaunes dessinés sur la voie publique pour y recueillir le compost seront supprimés. Ces déchets spécifiques devront être déposés dans les écopoints. Une collecte dite «porte-à-porte» sera mise en place pour les déchets végétaux de jardin. Celle concernant les incinérables, le papier et le carton sera maintenue. Idem pour les déchets encombrants, récoltés une fois par semaine. Mais, dans ce cas précis, la personne ayant sollicité ce service (ou un représentant) devra être présente lors de l’enlèvement.

Les déchets générés par les entreprises, commerces, restaurants, marchés et manifestations seront facturés. Enfin, la Municipalité indique qu’un «effort particulier sera porté sur la communication». (24 heures)

Créé: 12.06.2015, 17h19

Un sandwich aux cafards pour protester

Si les célèbres notes de la Sonate au clair de lune de Beethoven accompagnent cette vidéo, les images, elles, n’incitent pas vraiment à la rêverie: Jean-Claude Vienne, retraité veveysan, s’est confectionné il y a quelques jours un sandwich avec une dizaine de cafards attrapés dans son appartement. Il a ensuite mangé les bestioles crues, tandis que son fils filmait la scène. La vidéo a été postée dans la foulée sur le site d’hébergement YouTube.

Avant de croquer dans sa tartine répugnante, Jean-Claude Vienne ironise face à l’objectif: «Merci la Municipalité, grâce à vous, les Veveysans mangent à leur faim!» La vidéo fait en effet office de coup de gueule contre la politique de gestion des déchets dans la ville. La situation irrite
au plus haut point Jean-Claude Vienne, qui a donc décidé de choquer les esprits pour susciter une réaction. «Je dénonce l’incivilité des citoyens et la passivité des autorités. En laissant ces montagnes d’ordures au bord des routes, on nourrit cafards et asticots, qui prolifèrent.»

Le sexagénaire a donc capturé une dizaine de cafards dans son logement du centre-ville. «Je les ai balancés dans de l’alcool de prune pour les tuer de façon indolore et les ai conservés comme ça quelques jours.» Après avoir passé les insectes sous l’eau, Jean-Claude Vienne les a donc disposés entre deux tranches de pain toast avant de croquer dans un sandwich qu’il avoue n’avoir pas terminé. «Ça n’avait pas vraiment de goût, mais ça croquait bizarrement sous la dent. Et une heure plus tard, j’avais encore l’impression de cracher des pattes», détaille celui qui affirme se porter comme un charme depuis ce casse-croûte.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 3

Faut-il opérer les gens qui naissent «intersexes»? Paru le 3 janvier 2017.
(Image: Bénédicte) Plus...