Derib aiguise son crayon depuis 50 ans dans sa ville

La Tour-de-PeilzLe dessinateur évoque ses souvenirs à l'occasion du week-end de fête qui lui est dédié au Musée suisse du jeu.

Derib et son fils Arnaud montent l'exposition anniversaire du dessinateur au Musée suisse du jeu, à La Tour-de-Peilz.

Derib et son fils Arnaud montent l'exposition anniversaire du dessinateur au Musée suisse du jeu, à La Tour-de-Peilz. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est avec ce porte-mine que Derib dessine depuis des décennies. C’est avec lui, aussi, qu’il signe toutes ses dédicaces. Ce Caran d’Ache a donné vie à Yakari, Buddy Longway, ou Jo. Et c’est grâce à lui que Claude de Ribaupierre est devenu Derib, l’homme qui a écoulé plus de 7 millions d’albums.

Le dessinateur de BD vient de publier «L’aventure d’un crayon». Un ouvrage célébrant ses 50 ans de carrière, fruit d’une collaboration étroite avec son fils Arnaud. Au fil des 240 pages et de 150 dessins ou aquarelles inédits, il cède la parole avec humour au fameux porte-mine, entre croquis de jeunesse, bestiaire conséquent – Derib est un amoureux des chevaux et des chats –, personnalités rencontrées (Georges Brassens, Stanislas Wawrinka, Roger Federer) et clin d’œil de ses pairs, Cosey et Zep notamment.

Stakhanoviste revendiqué, Derib fera des infidélités à sa planche à dessin le temps d’un week-end; dès ce samedi, le tout frais septuagénaire prendra en effet ses quartiers au Musée suisse du jeu. La Tour-de-Peilz, ville dans laquelle il est né et où il vit toujours, a décidé de célébrer son illustre citoyen à travers une grande exposition publique dans les murs du château.

Le dessinateur parle volontiers de ses souvenirs d'enfance et de la longue amitié qui le lie à une autre figure de La Tour-de-Peilz: l’astronaute Claude Nicollier. «C’est l’ami de mon enfance. Intrépides, on partait à la chasse au grizzli dans le val d’Hérens (VS), après avoir durci les pointes de nos lances dans des braises. Ou on faisait du canoë sur le lac, au port de La Tour-de-Peilz. Et nous dessinions beaucoup ensemble; lui, copiait les avions de Buck Danny, moi les cow-boys de Jerry Spring. Claude voulait devenir pilote, je voulais être dessinateur de BD. Et c’est grâce à lui que j’ai effectué mon baptême de l’air, au-dessus de la Dent-de-Jaman.» (24 heures)

Créé: 08.11.2014, 13h23

Derib-50 ans de BD

Exposition et films au château de La Tour-de-Peilz samedi et dimanche. Ouverture de 11 h à 17 h 30, dédicaces les deux jours à 15 h. «L’aventure d’un crayon», 240 pages, éditions AS’Creations, 50 fr. En vente chez Payot et sur www.derib.com

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le corps de Dali exhumé, paru le 21 juillet.
(Image: Bénédicte) Plus...