La crainte des nuisances soulève une vague d’oppositions au karting

Saint-TriphonLe projet de piste de kart à Saint-Triphon a généré plus de 150 oppositions. Particuliers et associations jugent cette activité peu compatible avec le site.

L’aménagement d’une piste de kart extérieure à la carrière du Lessus révolte le voisinage et nombre d’organisations. Le site leur semble mal adapté à cette activité.

L’aménagement d’une piste de kart extérieure à la carrière du Lessus révolte le voisinage et nombre d’organisations. Le site leur semble mal adapté à cette activité. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une piste de karting extérieure au pied de la colline de Saint-Triphon? Très peu pour les quelque 155 opposants qui se sont manifestés au cours de la consultation publique qui vient de s’achever. En plus d’un grand nombre de particuliers, habitants de Saint-Triphon en tête, plusieurs organisations ont réagi, comme Pro Natura, l’Association Transports et Environnement (ATE), Chablair ou encore les Verts du Chablais vaudois.

Bruit mal évalué

Le bruit arrive en tête des préoccupations. Tous les opposants s’étonnent qu’aucune étude d’impact n’ait été adjointe à la mise à l’enquête, afin d’évaluer les atteintes à l’environnement. L’ATE juge qu’une telle étude doit être réalisée: «Rien ne prouve que l’exploitation du karting n’entraînerait pas un dépassement des valeurs autorisées pour les zones voisines, notamment dans le secteur du village où les degrés de tolérance sont inférieurs à ceux de la zone industrielle», considère sa secrétaire vaudoise, Valérie Schwaar. «Il faut aussi considérer que ce bruit peut être très dérangeant, car il est sujet à de fortes variations», note pour sa part Neil Kirby, président des Verts du Chablais vaudois.

Accès inadéquats

Les oppositions soulèvent la question de l’accès au Lessus. Etroites, les routes de desserte actuelles semblent peu adaptées, pour les opposants, à l’augmentation de trafic que générerait obligatoirement ce nouvel espace de divertissement. «L’été, il y a des familles et des ados qui se rendent à pied à la gouille du Duzillet. Aucun aménagement n’est prévu pour la mobilité douce sur les routes qui desserviraient le karting», déplore Valérie Schwaar.

Secteur inadapté

Le choix de l’endroit n’a pas davantage les faveurs du public. Pour les opposants, un karting n’a rien à faire dans une zone industrielle et artisanale. Il faudrait la convertir en zone de loisirs. L’ATE invoque une jurisprudence de 2004 du Tribunal administratif du canton de Vaud, jugeant l’installation d’une piste de kart dans une zone industrielle et artisanale non conforme à l’affectation. Chablair souligne avec les Verts qu’il y aurait en plus un gaspillage de terrains: «Les zones industrielles de qualité, raccordées au réseau CFF et proches de sorties d’autoroute sont rares. Elles devraient être utilisées pour développer des activités économiques génératrices d’emplois de qualité.»

La Commune trop légère?

Les oppositions ne le disent pas formellement, mais certains s’interrogent sur le rôle de l’administration locale. «Il nous semble étonnant que le dossier ait pu quitter les services communaux en l’état, note Neil Kirby, des Verts. Nous voulons nous assurer que l’administration n’a pas commis d’erreur.» «Le dossier aurait dû être renvoyé pour complément avant d’être mis à l’enquête», assène Damien Joss, membre de la mobilisation des habitants de Saint-Triphon. Absence d’étude d’impact, non-conformité du projet au PPA, la Commune aurait-elle dû refuser de mettre à l’enquête? «Le Canton n’a pas demandé l’étude d’impact, probablement parce qu’on est en zone industrielle, précise le syndic, Jean-Luc Chollet. Quant au PPA, il nous a semblé que, s’il y avait un endroit où l’on pouvait admettre du bruit, c’était bien là.»

Et maintenant?

L’abondance des réactions et les points soulevés risquent fort de faire traîner l’affaire en longueur. Les autorités d’Ollon ont du pain sur la planche. «Mais nous allons déjà attendre les retours des services cantonaux, consultés en ce moment, précise Jean-Luc Chollet. Vu cette levée de boucliers, nous sommes forcément refroidis. Mais il faudra mettre en balance les nuisances potentielles et ce que le projet peut apporter.» Propriétaire de la carrière et promoteur du karting, Luc Briquet n’envisage pas de renoncer: «Vu les réactions dont j’ai eu connaissance, j’ai déjà commandé une étude d’impact et j’attends ses conclusions. J’attends aussi que la Commune et le Canton se positionnent avant de me déterminer sur la suite.» (24 heures)

Créé: 11.05.2016, 17h19

Articles en relation

Une piste de karting va vrombir au bas des carrières du Lessus

Saint-Triphon Si tout va bien, une vingtaine de karts tourneront au pied de la carrière d'ici à 2017. Un projet de circuit est à l'enquête. Plus...

Le karting provoque une levée de boucliers à Saint-Triphon

Opposition Les habitants du hameau veulent contrer ce projet qui n'a que des défauts à leurs yeux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 3

Faut-il opérer les gens qui naissent «intersexes»? Paru le 3 janvier 2017.
(Image: Bénédicte) Plus...