La recherche de gaz se poursuit à Noville

HydrocarburesLa société veveysanne Petrosvibri, qui a découvert du gaz piégé sous le Léman, va continuer ses investigations en 2014. On ne parle pas encore d’exploitation.

Petrosvibri a foré dans le Léman depuis une plateforme installée sur la terre ferme à Noville.

Petrosvibri a foré dans le Léman depuis une plateforme installée sur la terre ferme à Noville. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le conseil d’administration de Gaznat, société veveysanne majoritaire dans le capital de Petrosvibri, a récemment accepté une deuxième salve de travaux d’études du forage de Noville.

En septembre 2011, après des travaux exploratoires menés dans le Léman depuis la commune chablaisienne, Petrosvibri avait annoncé que le sous-sol lacustre recélait bel et bien des hydrocarbures. Plus précisément un gaz piégé dans la roche qui n’est pas nécessairement «de schiste». Mais il s’extrait aussi par fracturation hydraulique, un procédé contesté. Le Canton de Vaud a d’ailleurs instauré un moratoire quant à l’exploitation spécifique du gaz de schiste.

Aucune décision n’a été prise quant à une éventuelle exploitation du gaz piégé sous le Léman. «L’objectif de rentabilité, mais également les récentes avancées en matière de méthode d’extraction, nous poussent à poursuivre nos recherches et affiner nos connaissances», informe Philippe Petitpierre, directeur du projet.

Pro Natura ne s'opposera pas
Début 2014, un trépied sera installé sur la plate-forme de Noville, à la place de l’ancienne tour de forage. Le trou creusé précédemment sera utilisé pour recevoir un câble de 4 km «muni à son extrémité d’appareils de mesures intelligentes», précise Philippe Petitpierre.

Les recherches qui se dérouleront courant 2014 sont devisées à environ 10 millions. Les résultats et analyses feront objet d’un rapport. Décision serait alors prise de savoir si le gaz sera exploité par Petrosvibri.

Secrétaire général de Pro Natura Vaud, Michel Bongard indique que l’organisation écologiste ne s’opposera pas à la poursuite des recherches. «Nous serons en revanche très attentifs au suivi de la procédure surtout si décision est prise d’exploiter le gaz. L’enjeu en est la protection de l’eau du lac et de tout le site, classé sensible.» (24 heures)

Créé: 05.07.2013, 17h08

Articles en relation

Exploitation du gaz de Noville: décision fin juin

ENERGIE Un rapport avec différentes pistes a été remis par Petrosvibri aux divers conseils d’administrations concernés Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les vignerons valaisans vont payer un très lourd tribut au gel intense survenu la semaine dernière. Les abricotiers ont également énormément souffert. Du jamais-vu de mémoire d'agriculteur.
(Image: Bénédicte) Plus...