Un Rhône miniature prédit l’avenir de son delta

Troisième correction du Rhône (2/5)Une maquette de la future embouchure du fleuve a été conçue à Grenoble. Elle simule l’évolution du cours d’eau là où il se jette dans le lac.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Seul le Chablaisien à l’œil affûté reconnaîtra dans la vaste dalle de béton les contours du Haut-Lac. Nue, la maquette installée dans l’entrepôt du bureau grenoblois Artelia représente pourtant avec précision l’embouchure du Rhône dans le Léman. Ou plus exactement son futur visage.

C’est l’un des grands chantiers de la 3e correction du Rhône et l’un des premiers qui sera mené: les auteurs du projet veulent offrir au fleuve un nouveau delta. «Dans ce secteur, l’objectif est plus environnemental que sécuritaire – même s’il y a des constructions à protéger au Domaine du Fort à Noville», explique Rafael Duarte, chef du projet Rhône 3 à la Direction générale de l’environnement (DGE) de l’Etat de Vaud.

Pour façonner ce delta, les ingénieurs se sont fondés sur des modèles informatiques, mandatant Erik Bollaert, du bureau AquaVision. «Ces outils permettent d’anticiper l’évolution du cours d’eau. Ils nous montrent quels secteurs auront tendance à s’éroder ou au contraire à s’ensabler. Mais ils ont leurs limites. D’où l’idée de confronter nos résultats à un modèle physique.»

Les modèles physiques et numériques ont permis de donner un visage au futur delta sur le Léman. (Image de synthèse - DR)

Spécialisé dans la modélisation d’ouvrages de protection maritime ou contre les crues fluviales, le bureau Artelia a remporté l’appel d’offres lancé par le Canton de Vaud, propriétaire de l’entier des terrains qui seront recouverts par le delta. «En Suisse, aucun laboratoire n’avait suffisamment d’espace pour créer une maquette de cette taille», poursuit Rafael Duarte. Car c’est une portion de fleuve de 1500 m pour une surface de 70 ha qu’il a fallu représenter. Soit une maquette de 22 m par 12 m.

Simulation de crues

Ce Rhône miniature a commencé à couler fin 2015 pour une année de tests. «Nous avons simulé des années classiques, des crues cinquantennales, des tempêtes sur le Léman, afin de voir comment le delta réagissait à ces événements», énumère le chef de projet pour le bureau Artelia, Vincent Mano. Le tout a été soigneusement enregistré par des sondes et des caméras pour créer une image en quatre dimensions du delta.

Le laboratoire a poussé le détail loin: deux tailles de granulés ont été conçues à l’échelle pour simuler les 40 000 m3 de graviers et de limon que le fleuve charrie annuellement. «Nous avons aussi fait des tests avec des bois flottés, représentés par des brindilles», détaille Vincent Mano. «Le modèle informatique ne nous permet pas de simuler simultanément une crue du Rhône et une tempête sur le Léman, ajoute Erik Bollaert. La maquette si: un batteur de houle a été installé dans ce but. Ça nous permet de voir concrètement comment le combat de ces forces agit sur le delta.»

«Nous avons simulé l'évolution du delta sur cinq ans. Une année réelle correspondant à une semaine d’essais sur notre modèle»
Vincent Mano, ingénieur au bureau Artelia

Les tests ont permis de révéler l’avenir du delta: «Nous avons simulé son évolution sur cinq ans. Une année réelle correspondant à une semaine d’essais sur notre modèle», précise Vincent Mano.

«D’une manière générale, ce processus a confirmé ce que disaient les modèles informatiques», note Erik Bollaert. Il a toutefois réservé «quelques bonnes surprises» aux auteurs du projet. C’est lui qui a notamment dicté la création d’un delta à trois bras. «Nous avons testé plusieurs variantes à Grenoble. La creuse d’un bras secondaire de 4 m de profondeur a montré que de gros dépôts de matériaux se formaient à l’embouchure», poursuit Erik Bollaert. L’idée de creuser la zone comprise entre ce bras et le cours principal pour permettre au Rhône d’y prendre ses aises n’a pas davantage donné satisfaction: «On a créé une grande inondation et le transport des alluvions s’est arrêté.»

La création d’un troisième bras s’est finalement révélée efficace: «On a vu le lit s’éroder dans tous les sens, le fleuve a commencé à méandrer. C’est exactement la dynamique que nous recherchions. C’est un hasard, mais cela ressemble au visage qu’avait le Rhône avant sa première correction. D’anciennes cartes montrent qu’il existait trois bras: le Rhône, le Vieux Rhône et l’Anse du Bouveret.»

Prévoir l’ensablement

Le visage du delta dessiné, le travail des ingénieurs ne s’arrête pas et la maquette trônera encore quelques mois dans l’entrepôt d’Artelia. «Ce delta n’est pas un «jouet» que l’on peut créer et abandonner sans s’en préoccuper, souligne Erik Bollaert. Quand bien même sa conception a pour but de minimiser son entretien, dans 30 à 40 ans, selon le volume des crues, le lit se sera ensablé au point que le niveau d’eau dépassera l’actuel.»

Il s’agira également de trouver la bonne solution pour gérer les bois flottants charriés par le fleuve et observer la propagation des alluvions dans le lac. «Notre travail consiste maintenant à proposer un concept d’entretien: déterminer sur quelles zones il faudra intervenir à terme, comment accéder avec les machines, etc.» (24 heures)

Créé: 03.01.2017, 10h10

Articles en relation

Le chantier qui transformera le Chablais a démarré en Valais

3e Correction du Rhône (1/5) Le 3e chantier de sécurisation du Rhône est en cours. A Viège, les travaux donnent un aperçu de ce colossal projet qui durera une vingtaine d’années dans le Chablais. Plus...

La troisième correction du Rhône passe la rampe

Valais Les citoyens approuvent un décret de financement qui débloque les travaux de sécurisation de la plaine. Plus...

La correction du Rhône plonge Fully au cœur de la bataille

Valais Les Valaisans votent le 14 juin sur le financement du chantier titanesque. Reportage à Fully, l’une des communes les plus concernées. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Angela Merkel lève son opposition au mariage gay, paru le 28 juin
(Image: Bénédicte?) Plus...