La Une | Samedi 25 octobre 2014 | Dernière mise à jour 00:15
Cour des comptes

Stations vaudoises: le «tout ski» n’est plus de mise

Mis à jour le 21.11.2012

Les stations doivent miser sur des alternatives étalées sur quatre saisons, estime la Cour de comptes après un audit de performance sur l'enneigement artificiel

Un canon à neige sur une piste de Sainte-Croix Les Rasses, en décembre 2011.

Un canon à neige sur une piste de Sainte-Croix Les Rasses, en décembre 2011.
Image: OLIVIER ALLENSPACH - A

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

La Cour des comptes a effectué un audit de performance sur l’enneigement artificiel dans le canton de Vaud. Selon elle, le «tout ski» n’est plus de mise et la diversification un impératif. Elle recommande à l’Etat de ne cofinancer que les projets démontrant leur viabilité à long terme.

Dans le canton de Vaud, l’enneigement artificiel a connu un déploiement important entre 2005 et 2010. Les pouvoirs publics l’ont cofinancé à 80%, dont 50% (dix millions) à la charge du canton, a indiqué mercredi devant la presse la magistrate Anne Weill-Lévy.

Un moratoire sur le financement des remontées mécaniques et des canons à neige par le canton a été mis en place depuis 2010. Il ne sera levé que lorsqu’une solution globale aux problèmes que connaissent les stations aura été agréée par le canton, au travers de la stratégie «Vision Alpes vaudoises 2020» attendue pour cet automne.

Bilan correct

Dans ce contexte, le rapport de la Cour a examiné si le recours à l’enneigement artificiel en cours depuis 2005 avait atteint ses buts. Mais elle a aussi cherché à dégager des pistes de réflexion sur le devenir des Alpes vaudoises à l’horizon 2035. «Les enjeux socio-économiques portent sur des projets à 250 millions», a souligné Mme Weill-Lévy.

En ce qui concerne le bilan, l’enneigement artificiel a fait ses preuves du point de vue économique pour attirer les tours opérateurs et la clientèle étrangère. Il a permis de limiter au mieux les baisses du chiffre d’affaires des sociétés de remontées mécaniques, dans des stations qui ont pris du retard notamment en matière d’hébergement.

Les critères environnementaux ont en général été appliqués. Les directives mises en place en l’an 2000 par le conseiller d’Etat Philippe Biéler sont toujours d’actualité.

Réchauffement climatique

Le chiffre d’affaires généré par les canons à neige oscille entre 10% et 30% selon les années. Cela étant, la Cour constate que la clientèle régionale génère encore au moins 60% de ce chiffre.

Les coûts de production de neige artificielle sont inférieurs pour l’heure à la part de chiffres d’affaires qu’ils génèrent. Ils sont néanmoins élevés et augmenteront encore suite au réchauffement climatique. Cette hausse risque de se reporter sur le prix des forfaits.

Pas un exemple à suivre

Avec une proportion de 30% des pistes enneigées artificiellement, le canton approche la moyenne suisse, ce qui reste largement inférieur à la concurrence internationale. En Autriche, les pistes sont recouvertes à 80% d’or blanc artificiel, a-t-elle souligné.

Or une extension supplémentaire des canons semble problématique, compte tenu des critères cantonaux et des oppositions des défenseurs de la nature. Cela ne correspond pas à un développement «durable» sur les plans économique et environnemental, a relevé la magistrate.

La Cour cite l’exemple de l’hiver peu enneigé de 2010-2011. La consommation d’eau non potable par les canons s’est montée à 15% de la consommation annuelle d’eau potable par la population locale.

Compte tenu du réchauffement climatique, le canton devrait accorder son soutien financier en priorité aux projets servant la diversification touristique. La Cour préconise aussi une rationalisation et une restructuration des remontées.

Combat d’arrière-garde

La monoculture du ski qui prévaut en Suisse depuis les années 1940 est un combat d’arrière-garde, a souligné la magistrate. Il faut être réaliste: le ski est en perte de vitesse, il y a de moins en moins de camps de ski et les coûts restent importants. Les stations doivent miser sur des alternatives étalées sur quatre saisons allant de la simple beauté des paysages, à la grimpe, en passant par la randonnée, les raquettes, etc. Le canton doit soutenir les efforts des acteurs locaux dans cette phase de transition, a-t-elle conclu. (ATS24 heures)

Créé: 21.11.2012, 16h19

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 824 124, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Service clients CP 585 - 1001 Lausanne