La Une | Mercredi 17 septembre 2014 | Dernière mise à jour 07:25
Vaud

La télésurveillance des préaux légalisée à Lutry

Par Georges-Marie Bécherraz. Mis à jour le 02.04.2013 4 Commentaires

La justice vaudoise désavoue le préposé cantonal à la protection des données qui refusait d’étendre la télé surveillance de collèges à Lutry pendant les cours. Cas d’école

Image: Patrick Martin

Partager & Commenter

Les six caméras extérieures de télésurveillance du collège de Pâles à Lutry ainsi que les quinze autres installées autour de celui du Grand-Pont dans cette même localité peuvent désormais transmettre en permanence et en toute légalité leurs images au poste de police. Récréations comprises.

Christian Raetz, préposé cantonal à la protection des données, refusait qu’on les enclenche pendant les heures de cours. La Commune a protesté. Elle vient d’obtenir gain de cause devant la cour de droit administratif et public du Tribunal cantonal. Christian Raetz: «Je prends acte. L’autorité que je représente n’a pas qualité pour recourir auprès du Tribunal fédéral. Je me sens donc lié par cette décision de principe du Tribunal cantonal. À l’avenir, sauf circonstances particulières, je ne pourrai donc plus m’opposer à une télésurveillance étendue aux périodes de cours, ce qui était ma pratique jusqu’à présent».

Lutry a bardé de caméras vidéo les abords de deux de ses collèges théâtres de déprédations, racket, agression et consommation de stups. Et pas seulement le soir et les week-ends. Des panneaux informent de leur présence. Les images sont automatiquement effacées au bout de 48 heures, sauf en cas de constat d’infraction. Les résultats sont à la hauteur des espérances. Mais il y avait un hic.

Le préposé à la protection des données refusait que l’installation soit enclenchée pendant les heures de cours. Disproportionné selon lui à ces moments-là. Et surtout néfaste à l’espace de liberté et d’intimité auquel ont droit les élèves lors des récréations notamment. Une revendication que le tribunal admet, mais relativise, compte tenu de la surveillance exercée de toute manière par les enseignants. «La présence des caméras ne semblait pas avoir d’incidence sur les jeux et les comportements des élèves», relève la cour qui a visité les lieux. (24 heures)

Créé: 02.04.2013, 17h29

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

4 Commentaires

Niels Martins

03.04.2013, 09:51 Heures
Signaler un abus 0 Recommandation 1

Protection des données ouais. Mais protection des biens et des personnes non ? En Angleterre et aux USA ils ne se posent pas tant de problèmes. Répondre


Caroline Martin

03.04.2013, 15:43 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 3

Devrait faire la même chose dans un certain collège de Prilly où il y a également des caméras.Peut-être que les élèves feraient plus attention à leur comportement pendant la récré et entre midi et 14hoo.Dommage que les caméras n'aient pas le son peut-être qu'enfin on prendrait en compte les nuisances sonores et que ça obligerait les mômes à être plus respectueux au niveau du langage. Répondre



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 824 124, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Service clients CP 585 - 1001 Lausanne