La Une | Mercredi 16 avril 2014 | Dernière mise à jour 11:48
Procès

Revivez le jugement de l'affaire Skander Vogt minute par minute

Par Laureline Duvillard. Mis à jour le 09.01.2014 15 Commentaires

Après plus de trois semaines de procès, le tribunal a rendu ce jeudi son jugement. Huit des neuf prévenus sont acquittés

1/23 Senda Vogt, la soeur de Skander Vogt, après le lecture du verdict, jeudi 9 janvier à Renens.
FLORIAN CELLA

   

(24 heures)

  • 14h59  

    L'audience est levée.

  • 14h55  

    Le tribunal acquitte les huit autres prévenus.

  • 14h54  

    Le tribunal condamne le gardien sous-chef à une peine pécuniaire de 60 jours amende à 50 francs avec sursis durant deux ans.

  • 14h52  

    Le tribunal estime que le gardien sous-chef doit supporter une part des frais de procédure à hauteur de 10'000 francs.

  • 14h50  

    Le tribunal déplore de «graves carences en matière de formation des gardiens». Le fait que la cellule de Skander Vogt contenait un matelas qui représentait une véritable «bombe toxique» est incompréhensible.

  • 14h43  

    Le tribunal estime que la peine de 60 jours amende à 50 francs, avec sursis durant deux ans, est adaptée pour le gardien sous-chef. Ce dernier a beaucoup souffert et il a dû changer de poste.

  • 14h39  

    Selon le tribunal, le gardien sous-chef n'a pas agi de manière adéquate. Il s'est réfugié «au mépris du bon sens» derrière une directive. Il n'a pas correctement renseigné la directrice de piquet.«Son attitude dénombre de nombreux manquements (...)«On est frappés par les nombreux signaux que le gardien sous-chef a reçu quant à l'urgence de la situation et par le fait qu'il a à chaque fois raté le coche.»

  • 14h36  

    Le tribunal déclare que rien ne peut être reproché à la directrice de piquet ni à l'infirmier de la prison, aux ambulanciers ainsi qu'à la médecin du SMUR. «Ces professionnels de la santé ont agit conformément à leur devoir. Tout au long de leur présence ils ont eu une attitude adéquate et professionnelle. Leur comportement est irréprochable.»

  • 14h32  

    Le tribunal affirme que les trois gardiens doivent être libérés du chef d'inculpation d'une tentative d'exposition.

  • 14h30  

    Quant au gardien sous-chef, le tribunal estime qu'il «a renoncé à porter secours à Skander Vogt». Car, «il ne pouvait se rendre qu'à l'évidence que les chances de survie du détenu se réduisaient.» Les circonstances d'une tentative d'exposition à une mise en danger de la vie sont donc réalisées.

  • 14h25  

    Pour le tribunal, les deux gardiens, qui avaient compris que la situation représentait un danger pour la vie de Skander Vogt, «ont fait tout ce qui était en leur pouvoir dans le contexte».

  • 14h12  

    Selon le tribunal, les deux surveillants se sont mis en danger pour éteindre le feu. En intervenant de la sorte ils n'ont pas mesuré la très haute nocivité de la fumée et ses risques.

  • 14h08  

    C'est pourquoi les prévenus sont tous libérés de l'infraction d'homicide par négligence.

  • 14h07  

    Le résumé du jugement revient sur les faits qui se sont déroulés dans la nuit du 10 au 11 mars 2010. Le tribunal pense que la probabilité que Skander Vogt soit décédé avant qu'on ait la possibilité de lui porter secours est hautement probable.

  • 14h03  

    La salle est comble pour ce dernier jour d'audience. La présidente procède à la lecture du résumé du jugement.

  • 13h50  

    En attendant le début du jugement, si vous désirez vous rafraichir la mémoire, consultez notre dossier sur l'affaire Skander Vogt.

  • 13h45  

    Pour rappel, à la fin du mois de novembre, après plus de trois semaines de procès, le procureur a abandonné l'accusation d'homicide par négligence contre les neufs prévenus et a requis une condamnation pour seulement trois prévenus. Pour tentative d'exposition à une mise en danger de la vie, il a requis 60 jours-amende avec sursis pendant deux ans contre le gardien sous-chef, et respectivement 40 jours-amende et 20 jours-amende avec sursis durant deux ans pour deux surveillants.

    Le Ministère public ne retient aucune infraction pour le surveillant en poste à la centrale la nuit du 10 au 11 mars 2010 où Skander Vogt a mis le feu à sa cellule. Il a également estimé que la directrice de piquet pour toutes les prisons vaudoises la nuit du drame, l'infirmier de la prison, les deux ambulanciers et la médecin du SMUR, n'ont commis aucune infraction.

    Le tribunal va-t-il acquitter tous les prévenus ou condamner les trois surveillants? A suivre dans ce live.

  • 13h40  

    Bonjour et bienvenue au Tribunal correctionnel de la Broye et du Nord Vaudois, délocalisé dans la salle d'audiences pénales à Renens, pour la lecture du jugement dans l'affaire Skander Vogt.

Créé: 09.01.2014, 13h50

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

15 Commentaires

Pierre-A. Dolt

09.01.2014, 15:28 Heures
Signaler un abus 79 Recommandation 16

C'est encore trop pour le gardien condamné avec sursis ! J'espère qu'il demandera réparation Répondre


Jean-François Chappuis

09.01.2014, 14:14 Heures
Signaler un abus 90 Recommandation 29

Presque un mois de procès fleuve pour accoucher d'une souris, cela mériterait que tous les frais soient mis à la charge de la défense au lieu de la porter aux nues. Le Ministère Publique ne va pas se vanter du saladier qu'a coûté ce faux procès.Le prévenu était décédé après avoir mis le feu au matelas de sa cellule pour en finir, facile d'accuser après ces pauvres gardiens pas été assez rapide...! Répondre



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 824 124, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Service clients CP 585 - 1001 Lausanne

Sondage

Vous offrez-vous des croisières sur les bateaux Belle Époque du Léman?