A l’Auberge Communale de Prangins, c’est aussi bon qu’à l’Union

Le coup de fourchetteSeconde adresse des frères Brocard, qui tiennent déjà l'Union à Crans, l'auberge est digne de son aînée.

Ismael Almeida dirige la nouvelle adresse des frères Brocard, au décor doux et agréable et à la carte simple.

Ismael Almeida dirige la nouvelle adresse des frères Brocard, au décor doux et agréable et à la carte simple. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Est-il possible de recréer la magie d’un lieu (le Café de l’Union à Crans), en en calquant le menu et la philosophie? Impossible de parler de l’Auberge Communale de Prangins, reprise début octobre par les patrons de l’Union, Julien et Christopher Brocard, sans aborder d’abord leur premier restaurant. Dont on aime autant l’accueil, décontracté et attentionné, que la cuisine qui y est servie, avec un leitmotiv: un bon plat, c’est d’abord un bon produit et une juste cuisson.

Et Prangins, alors? «Le but est simple, annonçait Julien avant l’ouverture. On veut faire pareil qu’à Crans. Même carte, mêmes plats du jour et même bonne humeur.» Une belle promesse.

Vastes sans être trop grandes, doucement tamisées, les salles de l’auberge pranginoise offrent un cadre pour le moins agréable. Moins atypique qu’à Crans, le service n’en est pas moins sympathique et disponible. Quant à la cuisine, après avoir formé son second et tout en gardant un œil sur «son» autre cuisine, Christopher Brocard est aux fourneaux. Les fondamentaux sont donc là.

En entrées, les ris de veau (19 fr.) étaient divinement cuits et accompagnés d’une remarquable sauce aux champignons des bois. Tout aussi goûteux étaient les samoussas de gigot (18 fr.). Pour qui aime l’agneau, parce qu’ici on sent bien ce qu’on mange, le plat est formidable, accompagné d’une sauce à la menthe aussi fraîche que puissante. En plats, les médaillons de veau (39 fr.) sont arrivés tendres, rosés, sublimes. Même soin de la cuisson pour le mi-cuit de thon (37 fr.), parfaitement… mi-cuit. On aurait aimé un peu plus d’acidité dans la sauce vierge pour donner à ce plat l’ampleur qu’il aurait méritée. Même remarque pour la tarte Tatin (12 fr.) du dessert, mais pas pour le fondant au chocolat (12 fr.), à raison l’un des best-sellers de la maison. Côté vin, le Moreccio proposé ce soir-là (8 fr. 30 le dl), tendu, fruité, complexe, était un très beau choix.

Au final, on se pressera à Prangins comme on se presse déjà à Crans. Pour les mêmes raisons.

Créé: 06.11.2015, 11h43

L'adresse

Auberge Communale
Route de Benex 1,
1197 Prangins.

022 361 25 75.

www.aubergedeprangins.ch

Ouvert 7/7 sans interruption


La table: XXX Cuisine de saison, simple et bien faite

Le budget: $$ De 70 à 100 fr. par personne avec les boissons

La cave: XX Choix intelligent, entre vins d’ici et d’ailleurs

Articles en relation

Le Megu à l’Alpina, un japonais au sommet

Coup de fourchette Deux Japonais qui concrétisent l’ambition du premier restaurant que Megu a décidé d’ouvrir en Europe. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...