Les burgers éthiques lausannois se dédoublent sans perdre leur âme

Le coup de fourchette Zoo Burger a ouvert une deuxième adresse dans un décor vintage. La recette fonctionne

Le décor du nouveau Zoo Burger respire l’Ouest américain vintage, mais ses sandwiches sont très modernes.

Le décor du nouveau Zoo Burger respire l’Ouest américain vintage, mais ses sandwiches sont très modernes. Image: ODILE MEYLAN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Depuis 2010 et l’arrivée de l’équipe réunie autour de David Rigaud à la rue Marterey, les Lausannois avaient découvert que le burger «éthique» pouvait également être savoureux. Car Zoo Burger, c’est la réussite d’une promesse dans l’air du temps. Côté ingrédients, Zoo cherche la proximité et l’authenticité. Les frites sont faites avec les pommes de terre de Claude Amaudruz, au Mont-sur-Lausanne, comme les légumes. La viande arrive de Puidoux. Le ketchup (sur une recette du professeur Philippe Ligron) et toutes les sauces sont faits maison. Et les différents pains sont fabriqués sur place tous les matins. Les bières artisanales sont du coin aussi.

Dans cette mouvance urbaine, les associés à géométrie variable ont également lancé les sirops Soulberry, tenu la Grenette à la Riponne dans leur vie bien remplie. Et ont ouvert une deuxième Zoo Burger au coin de l’avenue Mon-Loisir et de l’avenue de l’Elysée, dans une adresse qui a connu pas mal de changements ces dernières années.

Ils n’ont pas modifié la formule, ont décoré l’intérieur de grosses tables de bois brutes et la jolie terrasse est dans le même esprit. Nouveauté: des salades à la carte, saines et simples, un brunch le dimanche. Mais on retrouve les classiques recettes (dont certaines élaborées par l’artiste Moody) au bœuf ou végétariennes. Dans les huit premières, l’Aguacate mélange pain au sésame, avocat, bacon, tomate et cornichon piquant (15 fr.). Le Mafioso se la joue italienne avec du Grana Panado, de la roquette et un pain aux tomates séchées (15 fr.). Les sept versions végétariennes sont parfaitement imaginées, comme ce Big Bang avec son steak fait de haricots et de betteraves rouges, dans un pain épinard et pavot et une sauce où on retrouve du chèvre frais, du curry et du ketchup (15 fr.)

Frites maison et salade font grimper l’addition de 5 fr., c’est donné. Au dessert, brownies fondants, crumble ou cheesecake restent dans la note (5 à 6 fr.). Le service, sympa, décontracté, est parfois distrait.

(24 heures)

Créé: 05.08.2016, 09h07

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le corps de Dali exhumé, paru le 21 juillet.
(Image: Bénédicte) Plus...