A Montreux, le Café Très confectionne des mets entre terre et mer

Le coup de fourchetteL'ancienne Brasserie des Alpes a mué en un restaurant élégant aux accents français.

Le patron Mykyta Gryzunov et le chef de cuisine Julien Meriaux dans l’établissement tout juste rénové.

Le patron Mykyta Gryzunov et le chef de cuisine Julien Meriaux dans l’établissement tout juste rénové. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

A Montreux, l’avenue des Alpes a désormais le restaurant qui lui manquait. Ce qui frappe en entrant au Café Très, c’est la luminosité de l’endroit. Haut de plafond, ce restaurant traversant tire grandement parti de l’éclat du jour qui renforce les tons clairs des murs.

Issu de l’école hôtelière voisine (Hôtel Institute Montreux), le patron ukrainien, Mykyta Gryzunov, qui a repris l’établissement il y a trois mois, a préservé l’architecture de l’ancienne brasserie des Alpes en lui ajoutant une touche moderne. Et ce mélange entre moulures et béton donne au lieu une belle originalité. Que l’on retrouve dans l’assiette.

Le tartare terre et mer (31 fr.), de saumon et de bœuf, parsemé de sel de caviar russe, illustre cette fantaisie en mêlant des goûts inopinés. Un coup d’audace bienvenu. En entrée, le carpaccio de féra (20 fr.), servi avec agrumes et vinaigrette, est à recommander.

Julien Meriaux, le chef de cuisine, revendique néanmoins une cuisine française, concentrée sur le Midi. Et concoctée uniquement avec des produits frais du marché, du boucher ou du pêcheur, en fonction des arrivages et de la saison. Tout provient de la région, excepté les poissons et les fruits de mer.

La semaine, le Café Très propose un menu à 17 fr. à midi (23 fr. avec entrée et dessert), renouvelé hebdomadairement. Le soir, la carte suggère des mets traditionnels, suprême de volaille (25 fr.), entrecôte de bœuf (34 fr.) ou encore filet de dorade (30 fr.), mais aussi quelques suggestions telles les raviolis farcis au filet d’espadon avec une sauce au poivron (24 fr.). Les prix restent accessibles, car le restaurant tient à fidéliser sa clientèle. Et tous les mets sont apprêtés en fonction des allergies dont pourraient souffrir les hôtes.

La carte des vins est étroitement liée aux mets proposés. Les blancs sont plutôt suisses, les rouges principalement italiens et français, du Sassicaia toscan au Châteauneuf-du-Pape. L’établissement propose aussi du champagne aux amateurs qui voudraient l’associer à leur caviar. (24 heures)

Créé: 08.07.2016, 10h45

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...