Au restaurant Terra Rossa, le lac Léman devient mer Méditérranée

Le coup de fourchetteLe nouveau restaurant du Tennis-Club de Lutry offre une belle cuisine italienne.

Toute l'équipe de Terra Rossa, de gauche à droite, Kenyoung et Francesco Butturini, Francesco Pinna, le chef, et Nicola Butturini.

Toute l'équipe de Terra Rossa, de gauche à droite, Kenyoung et Francesco Butturini, Francesco Pinna, le chef, et Nicola Butturini. Image: Leo Duperrex

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Perché au sommet de La Croix sur Lutry, le Restaurant Terra Rossa, qui a ouvert mi-août au Tennis Club, dispose d’une vue splendide sur le Léman. Lorsqu’on est assis contre la douillette banquette bleue qui recouvre l’une des parois, on profite cette fois de la déco­ration, sobre et cosy, qui donne envie de s’attarder à boire des limonades au yuzu après manger.

Une boisson aux agrumes asiatiques dans un restaurant méditerranéen? C’est qu’à la tête de l’établissement, il y a deux frères originaires d’Italie, et que l’un des deux a épousé une Coréenne accro à la pâtisserie japonaise. L’excellent breuvage a donné le coup d’envoi de notre festin.

D’un côté de la table, direction la mer avec un carpaccio de poulpe (18 fr.), dont la présentation sous forme de terrine pourrait faire craindre que la texture ou le goût en pâtissent. Que nenni! Cette très bonne entrée est sublimée par une sauce au basilic réalisée avec une succulente huile d’olive, qui absorbe toute la corbeille de pain maison. On poursuit avec des linguine fraîches parfaitement al dente, enrobées de sauce tomate maison et d’une mousse de ricotta. Le tout accompagné d’un demi-homard dont la chair, juste bien cuite, se marie à merveille avec la pasta (30 fr.).

De l’autre côté de la table, retour dans les terres avec, en entrée, un trio de tomates couronné par une burrata des Pouilles (18 fr.) coulante comme il se doit. Sur un lit de trévise arrive ensuite une tagliata de bœuf (39 fr.). La cuisson est saignante, mais la saveur de la viande souffre d’un manque de coloration initial. Une bonne peperonata relève le goût du plat.

Pour terminer, la spécialité de la nonna, le salami au chocolat (9 fr.), qui nous fait retomber en enfance. On voyage grâce à la roulade au thé vert (9 fr.) exquise de Kenyoung. Au centre, une crème dont la teneur en matcha est savamment dosée et, à l’extérieur, une génoise japonaise qui s’envole presque toute seule tant elle est aérée. On aimerait que l’assiette ne se termine jamais. (24 heures)

Créé: 26.08.2016, 10h54

(Image: Léo Duperrex)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le corps de Dali exhumé, paru le 21 juillet.
(Image: Bénédicte) Plus...