Sur la Riviera, le Times Grill rôtit entrecôtes et filets sous l’œil de Charlot

Le coup de fourchetteAu sein du nouvel hôtel de Saint-Légier, le restaurant est d'un classique élégant.

Comme le nom de l’hôtel, le décor du restaurant fait de nombreuses références à Charlot.

Comme le nom de l’hôtel, le décor du restaurant fait de nombreuses références à Charlot. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Situé dans le Modern Times Hotel, le quatre-étoiles qui vient de sortir de terre sur les hauts de Vevey et qui doit son nom à Chaplin, le Times Grill réjouit depuis quelques semaines les carnivores de la région. Le restaurant de l’hôtel propose en effet entrecôtes et filets sortis des boucheries Mérat Viandes et Luma Beef, références suisses en la matière.

Avant d’empoigner le couteau à découper – celui proposé aux clients masculins est plus grand que celui destiné aux femmes –, on opte, en entrée, pour une élégante escalope de foie gras grillé, de taille plutôt modeste, accompagnée de topinambours, d’éclats de noisette et de chips d’artichaut (26 fr.). Le gravlax de saumon à la racine rouge (19 fr. 50), servi en grosses lamelles, est plus généreux et franchement délicieux.

Flambant neuve, la salle à manger est vaste et très lumineuse. Les Temps modernes obligent, la déco chic et rétro fait plusieurs clins d’œil à Charlot. Chapeau melon et grandes photos noir-blanc évoquent l’inoubliable artiste qui passa les vingt-cinq dernières années de sa vie dans la région. Situé à quelques encablures de l’hôtel, Chaplin’s World, premier musée du monde dédié au génial vagabond, ouvrira d’ailleurs ses portes le mois prochain.

Retour à table et place à la fameuse viande du Grill. Rassis sur os pendant trois semaines, le filet de bœuf suisse (47 fr. les 200 g) est effectivement savoureux. Tendre, impeccablement grillé, il ne résiste ni à la lame ni aux canines. Estampillé Swiss Gourmet Grand Cru, le modèle supérieur est vendu plus cher (68 fr.), mais la différence de qualité ne saute pas franchement au palais. La suave sauce au pinot noir est bien réalisée, celle aux morilles également, tout comme les asperges et les haricots servis en accompagnement (et facturés 6 fr. la portion).

Rayon vins, Epesses et Saint-Emilion se côtoient sur la même carte avec bonheur. Et, à l’heure des douceurs, on recommande la tarte Tatin accompagnée d’une boule de glace au cidre de Saint-Légier (14 fr.) (24 heures)

Créé: 11.03.2016, 10h49

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...