Le réchauffement entrave le décollage des avions

Etats-UnisDe plus en plus d'appareils vont devoir jeter du lest dans les décennies à venir s'ils veulent décoller aux heures les plus chaudes de la journée.

L'aéroport de Phoenix a annulé des vols en raison de la trop forte chaleur.

L'aéroport de Phoenix a annulé des vols en raison de la trop forte chaleur. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Comme l'a montré l'annulation d'une quarantaine de vols le mois dernier au départ de Phoenix, dans l'Arizona en pleine vague de chaleur, les avions ont plus de mal à décoller quand l'air chauffe, selon une étude de l'Université Columbia.

En chauffant, l'air perd en densité. Et dans un air moins dense, les ailes des avions perdent de la portance, souligne un communiqué résumant cette étude menée par un doctorant, Ethan Coffel, avec le climatologue Radley Horton, et dont le «New York Times» s'est fait l'écho en étayant les explications dans un webdocumentaire.

La seule solution, si on ne veut pas reporter le départ de l'avion, est d'alléger son poids, en réduisant la quantité de carburant, de fret ou le nombre de passagers, précise le communiqué.

Le réchauffement et la multiplication des vagues de chaleur comme celle qu'a connue Phoenix pourraient affecter 10 à 30% des avions remplis à capacité aux heures les plus chaudes, selon l'étude.

Risques inexplorés

«La plupart des études jusqu'ici se concentraient sur l'impact de l'aviation sur le réchauffement climatique, et non l'inverse», souligne M. Horton. Cette étude «pointe les risques inexplorés du changement climatique sur l'aviation» et «le potentiel substantiel pour des effets en cascades, économiques ou autres».

Les effets pourront varier selon le type d'avions et les aéroports - ceux dont les pistes sont les plus courtes comme La Guardia, à New York, ou qui sont soumis aux températures les plus chaudes, comme Dubaï, seront les premiers touchés.

Les aéroports des régions plus tempérées et dotés de pistes suffisamment longues devraient être moins affectés, comme Heathrow, à Londres, JFK à New York, ou Charles de Gaulle à Paris, selon cette étude publiée dans la revue Climatic Change. (ats/nxp)

Créé: 13.07.2017, 13h04

Articles en relation

Les vignes de retour grâce au réchauffement

France Deux jeunes entrepreneurs ont planté un vignoble de trois hectares dans les Yvelines, près de Paris, une première depuis près de 200 ans en Ile-de-France. Plus...

Les coraux font de la résistance

Israël Dans les eaux de la mer Rouge, une variété exceptionnelle de coraux résistent au réchauffement climatique. Reportage. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le corps de Dali exhumé, paru le 21 juillet.
(Image: Bénédicte) Plus...