Passer au contenu principal

EnvironnementTrois tonnes et demie de déchets ramassés dans le lac

La 10e édition de Net’Léman a eu lieu ce week-end sur douze sites différents. À Vevey, une trentaine de bénévoles ont récolté plus de 100 kilos de détritus, parfois insolites.

Les bénévoles ont passé plusieurs heures à nettoyer les eaux du lac.
Les bénévoles ont passé plusieurs heures à nettoyer les eaux du lac.
Jean-Paul Guinnard

Au bord des rives veveysannes, et malgré la pluie et les eaux houleuses, les bénévoles étaient au rendez-vous samedi matin pour participer à la 10e édition de Net’Léman, le grand nettoyage des rives et des eaux du lac organisé par l’Association pour la sauvegarde du Léman (ASL). Lancée en 2005, cette initiative citoyenne a mobilisé cette année quelque 1000 bénévoles, dont 300 plongeurs, sur douze sites tout autour du Léman, dont quatre dans le canton de Vaud.

À Vevey, une trentaine de courageux se sont retroussé les manches, mais aucun plongeur, en raison des conditions météo. Vêtus de gilets jaunes et munis de pinces et de sacs, ils ont fait des allers-retours pour déposer leurs trouvailles sur une bâche prévue à cet effet, avant de les classer par catégorie: plastique, verre ou encore acier et fer. «Nous avons trouvé plein de choses, comme des canettes et autres restes de fête, et beaucoup de mégots aussi», énumère Laurence Baldi, venue en famille. Accompagnée de ses deux fils de 12 ans et de sa fille de 9 ans et demi, elle ajoute: «C’est important de faire ça ensemble et nous sommes même félicités par les passants.»

Au fil des éditions, les déchets retrouvés ne sont pas les mêmes. Alexis Pochelon, chargé de projet à lASL, l’explique: «Aux débuts de l’événement, les habitudes de consommation étaient différentes, précise-t-il. Nous ne ramassions pas de plastique, mais plutôt de gros détritus, comme des pneus de voiture ou des scooters. Aujourd’hui, nous allons plutôt repêcher de la vaisselle jetable. Cette année, nous avons aussi retrouvé beaucoup de masques.»

Cette année encore, le Léman avait son lot de déchets loufoques.
Cette année encore, le Léman avait son lot de déchets loufoques.
Jean-Paul Guinnard

Le discours de l’association autour de Net’Léman a également évolué. «En 2005, nous montrions à la population ce que nous trouvions dans les eaux du lac, se souvient Alexis Pochelon. Ces déchets n’avaient rien à faire ici et nous pointions du doigt les mauvais comportements. Désormais, l’accent est mis sur des propositions d’alternatives de consommation, comme l’utilisation de vaisselle réutilisable. Accuser n’est plus une technique qui fonctionne.» Une nouvelle forme de communication qui se retrouve également sur les réseaux sociaux de l’ASL ou sur les stands de sensibilisation et d’information présents lors de Net’Léman. «Nous mettons également en avant la biodiversité du lac, ajoute-t-il, pour encourager les gens à observer cet écosystème riche et varié.» Finalement, lassociation a développé il y a environ une année une application qui permet à tout un chacun de transmettre des informations concernant les détritus ramassés à titre personnel. «Cela encourage une protection de l’environnement participative et permet à l’association d’avoir un suivi concret des flux de déchets

Le bilan de l’opération Net’Léman est tombé dimanche après-midi, faisant état de 3400 kilos de déchets récoltés aux quatre coins du lac. À Vevey, la trentaine de bénévoles a fait une moisson de quelque 133 kilos, un chiffre tombé à 102 kilos après essorage. Et comme chaque année, certaines trouvailles sont loufoques: deux caddies, un balai ou encore une bible.

17 commentaires
    Anatole durand

    3,5 tonnes de déchets, bravo. Ce genre d’action est des plus nobles. Pour ceux qui critiquent les services de voiries, ils se trompent de cible. Ces travailleurs de l’ombre font un magnifique travail. Malheureusement, cela n’est pas respecté par une minorité d’irresponsables mal éduqués. La voirie ne peut pas être présente 24 heures sur 24. Le problème réside dans le fait que cette minorité de malhonnêtes sait qu’elle ne risque rien. Cela fait près de 20 ans que l’autorité privilégie le dialogue et la prévention, avec le succès que l’on connaît: nul ! Il serait grand temps d’admettre que seule la peur du gendarme et de l’amende devrait faire effet sur la majorité de ces malappris. Merci à Net’léman et à son application (téléchargeable sur le net)permettant de cartographier et de quantifier les déchets ramassés par les personnes responsables, conscientes que chaque petit geste peut compter!