Passer au contenu principal

Éditorial2020, la revanche des «petits»

L’élection du Vaudois de l’année révèle des héros modestes dans une année compliquée.

Vous avez été plus de 12’000 à voter dans notre opération du Vaudois de l’année, et plus de 28% d’entre vous ont désigné un jeune vigneron en colère pour incarner cette année 2020 si compliquée. Sur la deuxième marche du podium, un réfugié kurde irakien débouté, suivi par le grand défenseur de l’Hermès Baby. Que comprendre à ce résultat où les «petits», les «sans-grade» l’ont emporté sans l’appui d’une communauté, d’un parti politique ou d’une organisation?

«Cette année a aussi permis de nous rappeler combien l’humain était au centre de tout.»

Dans ce millésime hors norme, où nos repères ont été chamboulés, on a espéré voir un retour aux valeurs essentielles, une redécouverte de notre région et de ses richesses, une valorisation du lien social, nous nous sommes attachés à des héros modestes mais authentiques. Quand Alexandre Fischer, le vigneron à l’origine des Raisins de la colère, hurle sa rage de voir la valeur de son travail ignorée par le commerce, ce sont nos racines paysannes qui resurgissent. Quand Sangar Ahmad, le réfugié travailleur, doit quitter le pays où il s’était si bien établi, ce sont nos valeurs humanistes qui réagissent contre la dureté de l’autorité. Quand Sébastien Mettraux magnifie la machine à écrire yverdonnoise, c’est la nostalgie de notre industrie de qualité qui se réveille face au prêt-à-jeter du commerce mondial.

Alors, oui, ce cru 2020 qui s’achève a été un annus horribilis qui a maltraité autant nos organismes que notre économie. Mais cette année a aussi permis de nous rappeler combien l’humain était au centre de tout et qu’il fallait le protéger, combien la solidarité était essentielle à la bonne marche de notre société, combien notre planète elle-même avait autant besoin de nos soins que les malades du Covid. Puissions-nous nous en rappeler.

3 commentaires
    Gaston Lagaffe

    Eh bien... peut-être que les gens en ont tout simplement marre qu'on encense des crétins qui gagnent des millions pour taper dans une baballe de plus ou moins grosse taille, ou des idiots sans talents qu'on voit à la télé-réalité... c'est donc un juste retour des choses, qui met en avant les vrais gens, et non ceux fabriqués par les medias ! Début de révolte contre les medias, justement ? Ce serait une bonne chose, quand on voit les dégâts qu'ils ont fait cette année, en semant la peur irrationnelle !