Passer au contenu principal

Colombie5 morts, dont une enfant, dans un massacre attribué à l’ELN

Le ministre de la Défense colombien a promis une récompense de 12’000 dollars pour toute information permettant l’arrestation des meurtriers.

L’ELN compte quelque 2300 combattants et un large réseau de soutien en zones urbaines.
L’ELN compte quelque 2300 combattants et un large réseau de soutien en zones urbaines.
KEYSTONE

Cinq personnes, dont une fillette âgée de trois ans, ont été tuées en Colombie dans un massacre attribué lundi par le gouvernement à la guérilla de l’Armée de libération nationale (ELN). Les faits se sont produits dimanche à La Honda, zone rurale du département de Bolivar (nord), a précisé à l’AFP le service de presse de cette municipalité.

Le ministre de la Défense, Carlos Holmes Trujillo, a déclaré que «selon certaines versions», il s’agirait d’une «attaque violente et ciblée de l’ELN contre ces personnes». Après avoir annoncé un renfort de la sécurité dans la région, Carlos Holmes Trujillo a promis une récompense allant jusqu’à 12’000 dollars (10’600 francs) pour toute information permettant l’arrestation des meurtriers, et de jusqu’à 14’200 dollars (12’600 francs) pour «Santiago», nom de guerre du commandant du front Guillermo Ariza de l’ELN.

2300 combattants

Considérée comme la dernière guérilla active de Colombie suite à l’accord de paix signé avec les Farc en 2016, l’ELN n’a jusqu’à présent pas revendiqué l’attaque. Selon l’observatoire indépendant Indepaz, une ex-membre des Farc aurait été tuée dans ce massacre (assassinat simultané d’au moins trois personnes, selon l’ONU), le 90e cette année. Fondée en 1964 et inspirée de la révolution cubaine, l’ELN compte quelque 2300 combattants et un large réseau de soutien en zones urbaines.

La Colombie est confrontée cette année à l’une des pires vagues de violence qu’elle ait connues depuis la paix avec les Farc, et que le gouvernement attribue aux groupes armés financés par le trafic de drogue et l’extraction minière illégale. La guerre interne qui mine la Colombie depuis plus d’un demi-siècle a fait plus de neuf millions de victimes (morts, disparus et déplacés).

AFP/NXP