24 heures, l'actualité en direct: politique, sports, people, culture, économie, multimédia
La Une | Jeudi 18 juillet 2019 | Dernière mise à jour 20:17

Gökhan Inler: «Une victoire nous permettra de marquer l'histoire»

Suisse - ArgentineInterrogé à la veille du match contre l’Argentine, le capitaine de la Nati affirme qu'il s'agit d'une «chance unique».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A la veille du grand défi contre l'Argentine à Sao Paulo, Gökhan Inler se confie. Le capitaine évoque une «chance unique qui s'offre à la Suisse».

A vos yeux, l'Argentine est-elle l'une des plus grandes équipes au monde?

«Pour moi, pour l'équipe, c'est un rêve qui se réalise. Nous jouerons mardi contre l'une des plus grandes équipes au monde, l'Argentine de Lionel Messi. Une chance unique s'offre à nous. Et croyez-moi, nous allons tout faire pour la saisir. Dans un match à élimination directe, tous les scénarios sont possibles. Regardez ce qu'a pu endurer le Brésil samedi contre le Chili!»

Le dernier quart de finale de la Suisse en Coupe du monde remonte à 1954. Le match de mardi peut permettre à votre génération d'entrer dans l'histoire. En êtes-vous conscient?

«Bien sûr. Se qualifier aujourd'hui pour les quarts de finale d'une Coupe du monde sera un immense exploit. Il le sera d'autant plus que nous l'aurons signé en éliminant l'un des favoris du tournoi. Pour notre génération, une victoire demain nous permettra de marquer l'histoire. De démontrer sur le terrain tous les progrès que nous avons accomplis ces derniers mois. Mais je ne veux pas parler plus longtemps de ce huitième de finale. Chacun sait ce qu'il doit faire. Chacun veut saisir la chance de sa vie.»

Avez-vous été surpris par la manière avec laquelle l'équipe a su rebondir après les critiques émises au lendemain du 5-2 contre la France?

«Nous ne devons pas être influencés par les critiques. Il faut les accepter mais ce qui compte, c'est nous. Nous allons sur le terrain. Nous jouons pour la nation. Il nous appartient de digérer une défaite comme celle concédée devant la France. Nous l'avons fait en resserrant encore davantage les liens qui nous unissent.»

N'avez-vous jamais douté?

«Oui, bien sûr. On a senti la tension monter. Mais l'équipe a su, dans un passé récent, maîtriser une telle situation. Faire face à la pression. Cette équipe ne vient pas de nulle part. Elle a un vécu. Et contre le Honduras, nous avons su témoigner d'un nouvel état d'esprit pour nous qualifier.»

Quels changements avez-vous cherché à apporter dans cette équipe ces dernières années dans l'exercice de votre fonction?

«Une fois nommé capitaine, j'ai cherché à imposer mon style, recherché une certaine décontraction. Tout faire pour que la notion du groupe soit essentielle. Je dois remercier l'entraîneur. Il a su nous accorder les libertés nécessaires pour que ce processus fonctionne.»

Quel capitaine êtes-vous finalement?

«Un capitaine qui prône le respect mutuel. Un capitaine qui explique clairement les choses, ce qui est est juste, ce qui est faux. Un capitaine qui est aussi à l'écoute de l'entraîneur et des joueurs pour trouver les moyens d'améliorer encore le rendement de l'équipe.»

Avez-vous changé depuis que vous portez le brassard?

«J'interviens davantage en dehors du terrain. Je sens que tout le monde dans l'équipe me fait confiance. En me confiant ce brassard, Ottmar Hitzfeld ne m'a pas laissé vraiment le choix: je devais m'ouvrir davantage. Il m'a vraiment mis au défi. Je lui en suis reconnaissant.»

Pourquoi Ottmar Hitzfeld n'est-il pas un entraîneur comme les autres?

«Il impressionne par son calme, par sa flexibilité, par ses facultés d'adaptation et son sens des réalités. Il a toujours su réagir aux situations données. Il donne toujours cette impression de les maîtriser. Même si la chance l'a parfois accompagné lors de sa carrière, ses succès ne doivent rien à personne.» (si/nxp)

Créé: 30.06.2014, 15h53

Galerie photo

Nos affiches du Mondial

Nos affiches du Mondial Pendant toute la durée de la compétition, retrouvez les meilleures images des matches du Mondial.

Articles en relation

Un Suédois pour arbitrer Suisse - Argentine

Mondial 2014 Le Suédois Jonas Eriksson dirigera les débats mardi à São Paulo lors du huitième de finale de la Coupe du monde opposant l'Argentine et la Suisse. Plus...

Hitzfeld: «Nous ne devons pas être obsédés par Messi»

Mondial 2014 A trois jours du huitième de finale contre l'Argentine, Ottmar Hitzfeld avance quelques idées pour neutraliser Lionel Messi. Plus...

Diego Benaglio: «Une surprise est possible»

SUISSE-ARGENTINE Interrogé au sujet du match contre l'Argentine, le gardien de la Nati a affirmé que «mardi à Sao Paulo, une surprise, comme le football peut en offrir beaucoup, est possible». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.