24 heures, l'actualité en direct: politique, sports, people, culture, économie, multimédia
La Une | Samedi 19 octobre 2019 | Dernière mise à jour 12:29

Mercredi soir, la Suisse a les moyens de s’imposer à Manaus

Match Suisse-HondurasPour accéder aux huitièmes de finale, les hommes d’Ottmar Hitzfeld doivent   gagner face au Honduras. Il y a au moins quatre raisons d’y croire.

Face au Honduras, la Suisse devra retrouver l’esprit d’équipe qui lui avait permis de renverser le match contre l’Equateur en deuxième période.

Face au Honduras, la Suisse devra retrouver l’esprit d’équipe qui lui avait permis de renverser le match contre l’Equateur en deuxième période. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il sera 16 heures ici, au cœur de la jungle amazonienne, et à ce moment précis, instant de veillée à 22 heures en Suisse, toutes les frustrations et toutes les craintes s’apaiseront. A Manaus, en cette fin d’après-midi qui exhalera les chaleurs poisseuses d’une journée suffocante, une idée transpirera: celle d’une équipe de Suisse enfin sur le chemin du salut, prête à battre le Honduras pour s’offrir une place en huitième de finale du Mondial. Il faudra bien sûr que la France contribue à distance à cette intention de bonheur, en ne perdant pas le nord contre l’Equateur. Mais enfin, rien ne doit plus entraver les aspirations d’une sélection nationale qui exprimera les promesses qu’on lui prête fiévreusement.

On ne sait évidemment pas comment, concrètement, tout cela prendra forme, football et divination se mariant mal, fût-ce avec le concours d’un poulpe ou d’un chameau. Mais à quelques heures du match de la dernière chance, il y a quelques raisons sérieuses de croire en une Suisse retrouvée et performante. Les voici.

1. Elle sait réagir dos au mur
Depuis qu’Ottmar Hitzfeld est à la barre (été 2008), la Suisse a déjà eu à jouer des matches-clés. Celui du Pirée, sur la route des qualifications pour le Mondial 2010 par exemple, quand la sélection helvétique avait gagné 2-1. Elle était pourtant dos au mur, après des débuts ratés dans ces éliminatoires (défaite à Zurich contre le Luxembourg), mais avait su faire front pour inverser la tendance. Idem l’automne passé: au lendemain du couac de Berne contre l’Islande (la Suisse menait 4-1 avant de concéder le nul 4-4), les joueurs avaient répondu présent à Oslo contre la Norvège, pour une victoire 2-0.

2. Le réveil des leaders
Depuis le début de ce Mondial, les leaders de la sélection sont pour le moins discrets. Ils vont se réveiller ce soir. Lichtsteiner est le meilleur latéral droit du Calcio? Il assumera enfin après deux premières performances si décevantes. Inler, capitaine en chef du groupe, est trop discret? Il prendra enfin le jeu à son compte au milieu, pour donner les premiers élans. Shaqiri, la star de l’équipe, ne s’est pas encore signalé? Il est prêt, maintenant, pour endosser ce rôle de leader offensif dont la Suisse a besoin. Djourou est privé de Von Bergen, blessé? Au Genevois et à sa défense de se montrer intraitables. Inler est ainsi monté au front hier: «Nous n’avons pas montré notre meilleur niveau lors des deux premiers matches, moi le premier. Nous devons faire plus. Nous avons gagné en équipe contre l’Equateur, nous avons perdu en équipe contre la France. Nous nous qualifierons en équipe pour les huitièmes de finale!»

3. L’orgueil d’Ottmar Hitzfeld
A la tête de cette sélection helvétique, il y a un homme qui est sur le point de mettre un terme à une impressionnante carrière d’entraîneur. Il a tout gagné, «Gottmar». Sauf le respect pour un parcours abouti en qualité de sélectionneur. On le sait calculateur, dans le contrôle, mais surtout fier et orgueilleux. Impensable de l’imaginer quitter le Mondial et le football sur une mièvre élimination. Le technicien allemand saura trouver les bons mots, donner confiance, découvrir la faille chez les Honduriens. Hitzfeld résumait péremptoirement hier: «Nous sommes ici pour atteindre les huitièmes de finale. Nous avons travaillé pour avoir cette chance et nous voulons maintenant la saisir.»

4. Cette Suisse sait marquer
Il ne faut pas oublier un point essentiel: en dépit de tous les problèmes qui perturbent le jeu suisse depuis le début de ce Mondial, à chaque fois deux buts ont été marqués! La Suisse ne séduit sans doute pas, peine, mais elle marque. Et pas qu’une fois! Une assurance? Face à un Honduras qui est loin d’avoir les arguments offensifs de l’Equateur et encore moins de la France, cette aptitude suisse à marquer est un atout majeur.

Voilà des raisons de penser que la Suisse saura se montrer à la hauteur de l’événement. Mais pour être honnête, il faut aussi s’attarder, même brièvement, sur cette peur sourde qui existe, qui tenaille. Sur ces spectres qui peuvent malgré tout danser autour de la sélection à quelques heures du coup d’envoi.

La crispation comme frein…
Si la Suisse affronte le Honduras ce soir l’espoir chevillé au corps, elle devra chasser de son horizon les spectres des fantômes qui l’obsèdent depuis quelques semaines. Cette incapacité à produire du jeu, ces difficultés défensives rédhibitoires dans un Mondial, ce manque de rythme et d’agressivité. Pour en avoir gagné un à la 93e minute, la Suisse a tout de même raté ses deux premiers matches brésiliens et c’est là toute l’inquiétude. D’autant plus que la fournaise de Manaus, contre des Honduriens rompus à ces chaleurs, eux, n’invite pas à la débauche d’énergie. Tout cela aussi, il ne faut pas l’oublier.

Mais après tout, dans un Mondial où l’Espagne, l’Angleterre et l’Italie sont éliminées avant la Suisse, tout est possible. Comme ce scénario incroyable: si l’équipe de France l’emporte 4-0 sur l’Equateur, une courte défaite 1-0 face au Honduras serait néanmoins synonyme de qualification pour la Suisse. Personne ne songe à ce dénouement, ni ne l’espère, bien sûr, mais s’il existe, c’est encore une raison de plus de croire aux chances helvétiques…

Créé: 25.06.2014, 18h32

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.