Passer au contenu principal

Théâtre à MorgesÀ Beausobre, des spectacles dans un nouvel écrin

Après s’être refait une beauté, la salle rouvrira ses portes le 4 février avec une belle programmation.

Carole Richert et Michel Sardou dans «N’écoutez pas Mesdames», à l’affiche en mars.
Carole Richert et Michel Sardou dans «N’écoutez pas Mesdames», à l’affiche en mars.
Céline Nieszawer

C’est dans des murs rafraîchis et pimpants que le Théâtre de Beausobre accueillera son public dès février 2021, au terme de plusieurs mois de rénovation. Croisons les doigts, du moins, pour que la situation sanitaire ne vienne pas gâcher la fête. Au cours de cette saison certes raccourcie mais richement garnie, la salle de spectacle morgienne servira un cocktail d’humour, de théâtre, de musique, de danse et de cirque. En guise d’apéritif, «Multiples», le nouvel seul en scène de Yann Lambiel, devrait décrocher des rires bienvenus en ces temps de sinistrose (4 fév.).

Injectées tout au long de la saison, de bonnes doses d’humour devraient soigner nos âmes moroses, dont «Charrette!» premier spectacle très réussi de l’humoriste vaudois qui monte, Simon Romang (31 mars), et «Ma cuisine intérieure», dernière pépite de Brigitte Rosset (4 mai).

Têtes d’affiche

Fidèles à leur ADN, les planches de Beausobre verront défiler une ribambelle de têtes d’affiche dans des pièces parisiennes: Michel Sardou dans «N’écoutez pas Mesdames» (15-16 mars), Patrick Chesnais dans «Le système Ribadier» (21 mars), Lætitia Casta en solo dans «Clara Haskil, prélude et fugue» (25 mars), Daniel Auteuil dans «Déjeuner en l’air» (30 mars) ou Clémentine Célarié dans «Une vie» (21 mai).

Au rayon musique, un panaché de sonorités et de styles raviront les oreilles, de l’indémodable Alain Souchon (11 fév.) aux incontournables et non moins virtuoses Camille et Julie Berthollet (28 mai), sans oublier les traditions folkloriques repimpées par Oesch’s die Dritten (3 juin). On signalera aussi le passage du musicien Avishai Cohen (28 mars) et du chanteur et oudiste libanais Marcel Mar-Khalifé, surnommé le «Bob Dylan du monde arabe» (19 fév.).

Parmi les beaux spectacles, la danse et le cirque déploieront leurs fantasmagories. Des tableaux puissamment évocateurs avec le Ballet Preljocaj (20 avr.), un diptyque tout en nuances, inspiré de Mozart et Beethoven, avec le Malandain Ballet Biarritz (27 mai). De la virtuosité aussi, mais sertie de fantaisie, avec «La Galerie» de La Machine de Cirque (12 mars) et «La nuit du cerf» du Cirque Le Roux (20 mars). Sans oublier la touche de magie de JeanLuc Bertrand et sa «Magic Box» (23 avr.).