Passer au contenu principal

ÉditorialÀ chacun de garder la bonne foulée

Souvenez-vous du marathon dont parlait Alain Berset au printemps. Nous y sommes. Le coronavirus nous oblige à continuer une course pour laquelle personne ne s’était jamais entraîné. Et la ligne d’arrivée n’est hélas pas toute proche. Pire: nul ne sait combien de kilomètres il reste à parcourir.

Heureusement, nous avons adopté la bonne foulée. Pour beaucoup, le respect des gestes barrières est devenu un réflexe. L’entraîneur Berset a raison de le rappeler: ce sont là les mesures les plus efficaces contre la propagation de l’épidémie. Il en va de même des nouveautés introduites lors des ravitaillements, comme les applications de traçage numérique: ce ne sont après tout que des contraintes techniques dont les coureurs peuvent très bien s’accommoder.

«Ne pas faire ces efforts, c’est prendre le risque de subir des restrictions bien plus pénibles de nos libertés»

La difficulté, c’est bien sûr de garder le rythme. Et de tenir sur la longueur. Il faudra de la discipline et encore plus de cohérence dans nos gestes quotidiens. Comme le souligne un ministre cantonal de la Santé, à quoi bon porter scrupuleusement le masque dans les transports publics et respecter les distances au travail si c’est pour se retrouver bras dessus, bras dessous avec dix copains à l’heure de l’apéro? Au bout des chaînes de contamination, il y a les personnes les plus vulnérables. Celles qui ne pourront pas terminer la course sans aide.

Cette épreuve d’endurance collective implique des sacrifices, c’est certain. Nos contacts sociaux en souffrent et en pâtiront encore. Mais ne pas faire ces efforts, c’est prendre le risque de subir des restrictions bien plus pénibles de nos libertés. Qui a envie d’un couvre-feu à la française ou, comme en Grande-Bretagne, d’une limitation à six personnes des réunions privées? Si la Suisse veut réussir, c’est à chacun de prendre ses responsabilités.

11 commentaires
    JournalisteMasquée

    Alors prenez vos responsabilités. Cessez cette propagande, remettez-vous à faire du journalisme!