Passer au contenu principal

Les clubs s’adaptent, la pression demeureÀ la veille de la reprise, le foot dribble ses peurs

Entre les craintes liées au Covid, les risques de blessures et les incertitudes, la situation est pesante.

De la fatigue, des blessures, une pression psychologique: une problématique toujours d’actualité pour les footballeurs professionnels à la veille de la reprise.
De la fatigue, des blessures, une pression psychologique: une problématique toujours d’actualité pour les footballeurs professionnels à la veille de la reprise.
ERIC LAFARGUE

Le sentiment est étrange. Le footballeur devrait donc être cet animal heureux par définition, il peut jouer, il est payé pour cela et, à l’heure où le Covid-19 fige à nouveau toute la société, le sport professionnel a le droit de continuer. Mais dans quelles conditions? Avec quelles conséquences pour les acteurs d’un show qui a perdu de sa fraîcheur?

Ces questions-là se chuchotent à peine. Une micropause hivernale qui suivait un sprint jusqu’à la veille de Noël, une minipréparation sans camp régénérant à l’étranger et la réalité rattrape déjà tout le monde. Dimanche, il y a déjà un Sion-Lugano en retard, d’autres rencontres se joueront mercredi, avant la reprise officielle dans une semaine. Les joueurs vont retrouver des stades vides, puisque c’est la condition imposée, ils vont aussi être confrontés, à nouveau, à une avalanche de matches, à ce rythme fou qui est devenu la norme en dépit des conséquences: risque de blessure, influence sur les performances physiques, incidence sur le mental.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.