Passer au contenu principal

Que faire ce week-end?À lire… notre sélection

Des nouvelles de Sylvain Prudhomme, des rêves de Fellini, une BD qui ne souffre pas d’arthrose humoristique… De quoi s’occuper jusqu’à lundi!

Sylvain Prudhomme, un conteur un peu auto-stoppeur…
Sylvain Prudhomme, un conteur un peu auto-stoppeur…
AFP 

Les livres, source de plaisir infini. La preuve en trois genres!

Nouvelles Prix Femina avec «Par les routes» (2019), Sylvain Prudhomme semble toujours se rassembler par éclats, nouvelliste même quand il pense saga, romanesque jusque dans l’histoire courte. Ce providentiel auto-stoppeur de la littérature, du genre à vous régaler d’une anecdote qui remplit toute une vie, arrache dans «Les orages». Toujours sur la route de l’éphémère, toujours sur la bande d’urgence des émotions fines. Avec ce père frappé de l’alzheimer autant que par la grâce, et se meurt dans son jardin. Avec Balzac, fréquenté au café tous les vendredis en philosophe, businessman mal-aimé le reste du temps. Ou ce damné né en 1975, qui connaît la date de sa mort et entame le décompte. En fuite et si présent. cle

«Les orages»
Sylvain Prudhomme
Éd. L’Arbalète Gallimard, 173 p.

Une version poche qui n’empêche pas la qualité, aux Éditions Flammarion qui publiait la version française de l’original en 2007.
Une version poche qui n’empêche pas la qualité, aux Éditions Flammarion qui publiait la version française de l’original en 2007.
DR

Carnet Pour vice de forme testamentaire, «Le livre de mes rêves» de Federico Fellini, décédé en 1993, ne fut publié qu’en 2007. Objet magique, explosif, pétaradant de fantasmes colorés et de noires vitupérations, ce recueil couvre les songes du cinéaste de 1960 à 1982. Annotés de sa main, ces exercices de décryptage conseillés par son psychanalyste, compilent ses cauchemars morbides comme ses délices charnus, ses répulsions les plus inattendues aussi, comme Casanova. Tout ici passe à la moulinette cruelle de l’inconscient, même Giulietta Masina. Une version poche de cette boîte de Pandore réussit à en donner la belle perspective, préfacée par Daniel Pennac qui s’en inspire dans son roman, «La loi du rêveur».  cle

«Le livre de mes rêves»
Federico Fellini
Éd. Flammarion, 584 p.

Sexe, religion, cinéma et tant d’autres sujets… rien n’échappe à l’inconscient fellinien.
Sexe, religion, cinéma et tant d’autres sujets… rien n’échappe à l’inconscient fellinien.
DR

BD Monsieur Vadim a de l’arthrose, et cela l’embête bien. L’ancien tireur d’élite de la Légion étrangère s’est fait gruger par son banquier et se retrouve jeté hors de son EHPAD. Fini donc l’épisode quotidien des «Coquillages de l’amour», soap opéra qu’il ne rate jamais. Voici donc notre redoutable retraité engagé dans la lutte à laquelle se livrent deux bandes pour dominer le marché de la drogue sur la Riviera, avec ses soucis de santé. Avec ce nouveau héros un peu grincheux, Gihef mélange dès lors une bonne dose d’humour à une petite critique sociale de la condition des vieux. Porté par le dessin classique et rond de Morgann Tanco, ce premier tome annonce une jolie série aux personnages cocasses et attachants. dmog

«Monsieur Vadim»
Gihef / Morgann Tanco
Éd. Grand Angle, 56 p.

«Monsieur Vadim», ou l’histoire farfelue d’un vieillard en roue libre.
«Monsieur Vadim», ou l’histoire farfelue d’un vieillard en roue libre.
DR