Passer au contenu principal

Polar d’une VaudoiseAbandonner un billet de loterie peut coûter une vie

Laurence Voïta interroge le destin dans un roman noir. Peut-on forcer le sort et se débarrasser d’un ticket gagnant à 3 millions de francs?

Laurence Voïta a publié des romans, des nouvelles et une pièce de théâtre. «Au point 1230» est son dernier roman.
Laurence Voïta a publié des romans, des nouvelles et une pièce de théâtre. «Au point 1230» est son dernier roman.
Christian Moutinho

Cela commence classiquement par un cadavre. Rien de bien étonnant dans une collection dénommée MystER. Or, voilà que du noir surgit, à la neuvième ligne, le rose fluo de ces baskets aux pieds de ce corps de femme sans vie à demi immergé. Incongru.

Tout comme la décision que va prendre un autre protagoniste, une manière de forcer le hasard que l’auteure revisite pour remonter le fil rompu d’une vie. Gagner trois millions de francs à la loterie. Pour l’écrasante majorité, cela tiendrait du Graal, avec la machine à rêves qui se met en marche aussitôt, sans générer le soupçon d’une pensée pour abandonner ce billet.

C’est d’abord le réflexe de Jacques, qui se réjouit d’annoncer la nouvelle à sa famille. Tombant en plein psychodrame, il décide finalement de remettre son annonce à plus tard. Mais comme pour beaucoup de choses dans la vie, ça n’est jamais le moment.

Jouer… avec la loterie

Lui vient alors l’idée folle de perdre le ticket gagnant à ce fameux point 1230, dans cette montagne où il va souvent courir. Mais en s’assurant toutefois qu’il sera trouvé par quelqu’un d’autre.

Jouer à la loterie avec la loterie générera son lot de problèmes entre un gagnant contrarié, une joggeuse qui a toujours rêvé du billet gagnant mais s’aperçoit qu’un tel cadeau n’a rien d’une chance, un flic à l’ancienne et sa jeune collègue qui traînent aussi leurs rêves et casseroles.

Laurence Voïta, qui a déjà publié «Vers vos vingt ans» chez la jeune maison d’édition veveysanne Romann, revient ici avec une narration plus serrée et efficace. Ce roman noir teinté de rose fluo se lit d’une traite, entre fausses pistes et vraies embûches. Mais derrière la trame, le récit interroge des choix de vie, et le destin.

L’auteure installée à La Tour-de-Peilz, enseignante de français au Gymnase de Burier jusqu’en 2017, esquisse surtout par touches ramassées des vies qui se croisent: des couples où tombent les masques, une policière aux prises avec d’anciennes blessures amoureuses ou une petite-fille qui sauve son grand-père de la désillusion générale. Du rose fluo dans le noir.