Passer au contenu principal

VaudAide d’urgence réclamée pour les médias

Un député vaudois a déposé mardi une motion au Grand Conseil pour aider la presse, à la peine en raison du coronavirus.

Une motion réclame une aide d’urgence pour les médias régionaux vaudois.
Une motion réclame une aide d’urgence pour les médias régionaux vaudois.
Keystone

Les dispositifs de chômage partiel (RHT) sont inadaptés ou insuffisants pour venir en aide aux médias durement affectés par la crise du coronavirus. Une aide supplémentaire d’urgence est nécessaire, réclame une motion déposée mardi devant le Grand Conseil vaudois.

Disparition du «Régional» et de «Micro», licenciements à «L’Illustré»: le député Vert Raphaël Mahaim a énuméré une série de «signaux très inquiétants». Ce secteur, déjà fragile avant la crise, l’est encore davantage aujourd’hui en raison de la chute des revenus publicitaires, a-t-il expliqué.

Projet en discussion

Les aides publiques prévues ne suffiront pas. «Les médias n’ont jamais été autant sollicités que pendant la crise. Il leur était difficile de recourir massivement aux RHT», a ajouté le député.

Un projet vaudois d’aide indirecte est en discussion, des mesures ont été décidées à Berne. Ces réactions sont «nécessaires», mais elles ne déploieront leurs effets qu’à «moyen et long terme». «Elles auront très peu d’effets à court terme», estime Raphaël Mahaim.

«Aide loin d’être suffisante»

Le Conseil d’État vaudois vient de débloquer 1,2 million pour compenser les pertes de revenus publicitaires pendant la crise. «Tout indique que cette aide est loin d’être suffisante», a ajouté le député. «D’autres petits médias, notamment régionaux, sont menacés», dit-il.

La motion est une demande de principe de venir en aide à la presse. Elle laisse le choix des moyens au Conseil d’État. Elle a été renvoyée mardi à l’examen d’une commission.

ATS/NXP