Passer au contenu principal

Système de santé surchargéAlain Berset fustige l’égoïsme de certains cantons

Le ministre de la Santé appelle à plus de solidarité entre les hôpitaux du pays pour absorber la hausse du nombre de patients atteint du coronavirus.

Alain Berset a remis les cantons à l’ordre ce mercredi.
Alain Berset a remis les cantons à l’ordre ce mercredi.
keystone-sda.ch

Dans les propos toujours très mesurés d’Alain Berset, ça ressemble à un sérieux remontage de bretelles à l’égard des cantons. Alors que certains hôpitaux sont dépassés, «d’autres continuent le plein programme de leurs opérations, comme si de rien n’était, se fâche le ministre de la Santé. Certains refusent ainsi des patients qui viennent de cantons surchargés.» Pour le Fribourgeois, ce n’est pas acceptable.

«Certains hôpitaux continuent le plein programme de leurs opérations et refusent des patients qui viennent de cantons surchargés.»

Alain Berset, ministre de la Santé

«Le parlement a clairement donné la responsabilité aux cantons de garantir qu’il y ait suffisamment de lits et de personnel sur le plan suisse pour faire face à la situation», a martelé Alain Berset ce mercredi devant la presse. Pour rappeler l’importance de la solidarité intercantonale, il a envoyé un courrier aux cantons pour leur rappeler leurs obligations.

10’000 cas en un jour

La situation n’est en effet pas la même d’une région à l’autre du pays. Si des cantons comme Fribourg, Neuchâtel ou encore Vaud sont proches de la saturation, il reste de la marge dans les grands hôpitaux de Bâle, Berne ou Zurich, mais aussi dans d’autres cantons comme Lucerne ou le Tessin.

Alors que le nombre de contaminations dépasse pour la première fois les 10000 cas, Alain Berset a toutefois apporté une note positive. «Le doublement des cas s’est espacé: il se produit tous les dix jours et non plus toutes les semaines. Mais il est encore trop tôt pour dire s’il y a un retournement de situation.»

La Suisse n’est en tout cas pas encore dans une situation similaire à celle qu’a connue la Lombardie au printemps. Si 600 patients sont actuellement aux soins intensifs dans toute la Suisse, dont la moitié à cause du coronavirus, il reste 300 places disponibles. Et les capacités peuvent encore être augmentées. Mais Alain Berset de prévenir: si la hausse des cas n’est pas freinée, les limites pourraient être atteintes.

26 commentaires
    death wish

    Quand on voit la carte suisse de l'incidence du Covid, on remarque bizzarement qu'il suit précisément la frontière linguistique. Il faut croire qu'il y a un sérieux problème d'auto-discipline chez les latins, et cela depuis cet été. A Genève il y a un mois j'ai vu des cadres se faire la bise. C'est un exemple, mais qui vaut la peine d'être relevé...