Passer au contenu principal

VoileLa nuit magique de Charlie Dalin

Le leader du Vendée Globe navigue en tête dans les mers du Sud. L’ancien leader, le Gallois Alex Thomson, enchaîne les déboires avec cette fois une avarie au gouvernail. Alan Roura toujours 18e.

Charlie Dalin a profité du spectacle qui lui était proposé dans la nuit de vendredi à samedi.
Charlie Dalin a profité du spectacle qui lui était proposé dans la nuit de vendredi à samedi.
Twitter

Charlie Dalin, qui découvre le Vendée Globe, a passé une nuit «magique», de vendredi à samedi, alors qu’il navigue en tête dans les mers du sud quand l’ancien leader, le Gallois Alex Thomson, enchaîne les déboires avec cette fois une avarie au gouvernail.

«Je suis vraiment content de naviguer enfin dans ces mers du sud, surtout avec la lune: c’est super beau. Hier soir (vendredi), c’était magique avec plein d’oiseaux qui virevoltaient autour du bateau après deux semaines en short», a raconté Dalin (Apivia) lors d’une vacation samedi matin avec le PC Course.

Le marin normand de 36 ans, leader de la course depuis lundi, a été le premier à entrer dans les mers du Sud. Dans la nuit de jeudi à vendredi, il atteignait la zone des 40es Rugissants et depuis, il navigue en bordure de la Zone d’Exclusion Antarctique (ZEA). La ZEA a été mise en place par la direction de course pour protéger les skippers des icebergs, une ligne rouge qui peut être évolutive si de nouvelles glaces dérivantes sont menaçantes.

En s’approchant tout près de l’Antarctique, les températures ont chuté pour Dalin, mais aussi pour une partie de la flotte qui n’est pas loin d’aborder les 40es sud et qui a choisi une autre route que le leader.

«Il devrait donc y avoir un peu de compression de la flotte devant. «Mon avance risque fort de diminuer ces prochaines heures. Mais après, il y aura du vent fort: ce sera notre première tempête après le cap de Bonne-Espérance», a expliqué Dalin.

Au cap de Bonne-Espérance lundi

Le navigateur, à la barre d’un bateau de toute dernière génération qui peut presque voler grâce à ses foils (grands appendices latéraux), devrait franchir la longitude du cap de Bonne-Espérance lundi dans la journée. Le cap de Bonne-Espérance (pointe de l’Afrique) est le premier des trois caps notés comme points de passage obligé du Vendée Globe avec le Cap Leeuwin (pointe de l’Australie) et le Cap Horn (pointe de l’Amérique).

Derrière Dalin, Thomas Ruyant (LinkedOut) reste son dauphin malgré son foil bâbord amputé. Il pointait samedi à 15h à 296 milles nautiques (649 km) du premier. Doyen de la course, Jean Le Cam (Yes We Cam!), à la barre d’un bateau ancienne génération, a choisi une route plus au nord que celle du duo de tête et occupe toujours la troisième place (à quelque 370 milles), alors que le Vendée Globe va entrer dans sa quatrième semaine.

Le cauchemar de Thomson

Pour Alex Thomson, la nuit a été plutôt cauchemardesque. Alors que l’ancien leader pensait pouvoir reprendre le cours de son aventure après de gros soucis structurels, le Britannique a constaté vendredi soir une avarie importante sur son safran tribord.

«Vers 19h GMT ce soir (vendredi), au 19e jour du Vendée Globe, Alex Thomson a informé son équipe technique à terre d’une avarie sur le safran tribord de son bateau Hugo Boss», a indiqué l’équipe dans un communiqué.

«L’équipe a immédiatement conseillé à Thomson de déconnecter le safran pour reprendre la main sur le pilotage. Il contrôle désormais le bateau avec un seul safran, il est en sécurité et il n’y a aucun danger à bord», est-il précisé dans le communiqué de l’équipe qui «travaille à évaluer l’étendue des dégâts». Thomson pointait ce samedi matin à la 15e place de la course, à plus de 700 milles du leader.

Alan Roura toujours 18e

Au dernier pointage, Alan Roura et «La Fabrique» occupaient toujours le 18e rang, à quelque 980 milles nautiques du leader. De quoi entrevoir la suite avec optimisme. «Vous n’imaginez pas comme je suis content d'être revenu un peu dans le match. D’avoir un Alex Thompson à moins de 300 milles, c'est assez inimaginable. Ok, il a eu son lot d'avaries, mais ça fait partie de la course, on en a tous quasiment eu. Sauf moi? Je touche du bois mais jusque là, toujours rien à signaler à bord.»

Cliquez ici pour retrouver le classement et la cartographie actualisés du Vendée Globe 2020-2021.

6 commentaires
    jean

    Avec ces machines a ailerons et ordinateur central dont la quille survole les flots, on se demande s`il s`agit encore de navigation. Il est loin l`époque des grands vrais navigateurs avec des cloques aux mains, de la classe des Bourgnon, Colas ou Tabarly.