Passer au contenu principal

Quand un végétal en remplace un autreAlice Pauli plante un nouvel arbre de Penone

La galeriste lausannoise n’a pas supporté longtemps le vide laissé dans son jardin par la sculpture qui trône depuis avril 2019 à l’entrée du Musée cantonal des beaux-arts. Elle en a recommandé une nouvelle.

«Idee di pietra» de Giuseppe Penone a rejoint les autres sculptures qui jalonnent le jardin de la galeriste et collectionneuse lausannoise.
«Idee di pietra» de Giuseppe Penone a rejoint les autres sculptures qui jalonnent le jardin de la galeriste et collectionneuse lausannoise.
Atelier Jacques Bétant

L’histoire est digne du pays des merveilles et ce n’est sans doute pas pour rien qu’Alice Pauli porte si bien le prénom de l’héroïne de Lewis Carroll. Mais l’histoire est surtout bien réelle! On est en avril 2019, le Musée cantonal des beaux-arts voit le bout du chantier et déballe sa première œuvre. Cadeau. «Vous êtes contents, elle a trouvé sa place, non?»

«En ouvrant ma fenêtre, c’était «Luce e ombra» que je voyais en premier. Maintenant, j’y pense tous les jours face au vide»

Alice Pauli lors de la présentation de l’œuvre de Penone au MCBA en avril 2019

Alice Pauli est alors tout à son bonheur de collectionneuse qui partage avec le plus grand nombre, elle veut savoir, connaître l’avis de tous et de l’artiste en particulier. Mais elle ressent aussi des pincements au cœur et ne s’en cache pas. La sculpture de Giuseppe Penone lui manque. Chez elle. Dans son jardin. Elle a toujours su la pièce en partance, puis qu’elle l’avait voulu ainsi, mais le temps de la réalisation du MCBA lui a laissé celui de mesurer son attachement à cet arbre dont la force d’attraction s’étend de la terre au ciel, à cet art de l’Italien, figure essentielle de la scène contemporaine, qui révèle le souffle mystique de la nature et capte les vibrations du monde. «En ouvrant ma fenêtre, confiait-elle alors, c’était «Luce e ombra» que je voyais en premier. Maintenant, j’y pense tous les jours face au vide.»

Alice Pauli et Giuseppe Penone en avril 2019 lors de la présentation de «Luce e ora», première pièce à avoir rejoint le nouveau MCBA sur le site de Plateforme10.
Alice Pauli et Giuseppe Penone en avril 2019 lors de la présentation de «Luce e ora», première pièce à avoir rejoint le nouveau MCBA sur le site de Plateforme10.
Keystone

Des idées qui essaiment dans le monde

Ce vide devenu difficile à vivre, la collectionneuse, 98 ans cette année, n’a pas hésité longtemps: elle a passé commande d’une nouvelle pièce et début juillet, Giuseppe Penone qui réinvente le motif dans la continuité est arrivé avec «Idee di pietra», une pièce de dix mètres de haut. Considérant l’arbre comme un être de mémoire qui retient sa forme et s’en sert pour sculpter sa propre existence, l’artiste trace et explore cette régénérescence. Philosophe. En même temps qu’observateur admiratif de ces troncs – nourris à la fois par la force de la gravité et l’énergie de la lumière – qui ne plient pas sous la pression des directions opposées.

De pierre et de bronze, ses «Idee di pietra» essaiment un peu partout dans le monde, Kassel en Allemagne pour la Documenta, Gstaad pour une installation de la galerie Gagosian, devant l’Ermitage à Saint-Pétersbourg ou à Versailles pour des expositions. Comme à Chicago, au château de Chaumont sur Loire, et désormais à Lausanne entouré de pièces d’autres artistes.

Alice Pauli n’en dira pas davantage avec des mots – réserve de galeriste oblige – mais la collectionneuse l’exprime avec des yeux brillants d’une lumière qui ne trompe pas. Penone, elle adore! Reconnaissante de cet art de la trace qui inspire et qui accompagne la vie.

Avec ses 14, 5 mètres, «Luce e ora» de Giuseppe Penone se dresse dans le hall du MCBA.
Avec ses 14, 5 mètres, «Luce e ora» de Giuseppe Penone se dresse dans le hall du MCBA.
Keystone