Passer au contenu principal

CoronavirusAllemagne: tests pour les voyageurs revenant de régions à risque

Le gouvernement allemand veut absolument éviter que les voyageurs de retour des régions à risque déclenchent de nouvelles chaînes d’infection.

Station de test pour les personnes rentrant de vacances.
Station de test pour les personnes rentrant de vacances.
KEYSTONE

L’Allemagne va imposer des tests de dépistage au Covid-19 pour les voyageurs revenant de régions à risque, a annoncé lundi le ministre de la Santé, après une montée des nouvelles infections jugée inquiétante par les autorités.

La mesure doit entrer en vigueur la semaine prochaine, a précisé Jens Spahn dans un tweet sur son compte officiel, soulignant que les tests seraient gratuits. «Nous devons éviter que les voyageurs de retour contaminent d’autres personnes sans le savoir et déclenchent ainsi de nouvelles chaînes d’infection», a-t-il fait valoir.

La récente montée des chiffres d’infections quotidiennes au nouveau coronavirus au-dessus de 800 cas a lancé un débat en Allemagne sur la pertinence d’imposer des tests aux voyageurs, comme cela est le cas dans certains pays, notamment la France. «Il y a des raisons de s’inquiéter», avait déclaré plus tôt le chef de la chancellerie, Helge Braun, en référence à l’augmentation des cas.

Les régions sont responsables de la mise en place des mesures conformément au fédéralisme allemand. Elles sont disposées à imposer ces tests, avait-il précisé suite à une réunion avec les ministres régionaux de la Santé.

Garder le contrôle

Jusqu’à présent, les voyageurs revenant de l’un des 130 pays considérés à risque, dont les États-Unis, le Brésil, Israël et le Luxembourg, doivent observer une quarantaine de 14 jours, à moins qu’ils soient testés négatifs. Vendredi, les autorités avaient décidé de proposer des tests de dépistage gratuits à leur retour, sur la base du volontariat. Des stations ont été installées à cet effet dans les aéroports.

Les personnes revenant de régions non considérées comme des points chauds de la pandémie peuvent elles aussi se faire tester gratuitement. L’idée est d’atténuer ainsi le risque d’une deuxième vague dans le pays, qui a connu aussi ces dernières semaines des foyers d’infection dans des abattoirs ou exploitations agricoles.

«Si nous avons maintenant, en été, un niveau d’infections plus élevé (…) en raison de notre comportement durant nos loisirs ou nos vacances, alors il sera d’autant plus difficile de contrôler la situation cet automne», a mis en garde M. Braun estimant que les nouveaux cas devaient durablement descendre «nettement en dessous de 500» par jour. Et il a appelé instamment les Allemands à respecter les règles de distance et d’hygiène.

«Agir le plus vite possible»

La Bavière a de son côté annoncé lundi la mise en place de stations de test ouvertes à tous les voyageurs sur trois autoroutes proches de la frontière autrichienne, ainsi que dans les gares de Munich et Nuremberg, après avoir déjà équipé les aéroports locaux la semaine dernière.

Le chef du gouvernement régional, Markus Söder, considéré comme un successeur potentiel à la chancelière Angela Merkel en 2021, entend ainsi réagir à un nouveau foyer d’infection sur son territoire et prévenir l’apparition d’autres alors que les vacances estivales débutent lundi dans ce land. «On ne peut pas arrêter le nouveau coronavirus. On peut juste essayer de réduire son expansion», a déclaré Markus Söder, également président de la CSU, parti frère de la CDU de la chancelière.

«Il faut agir le plus vite possible et ce dès les premiers symptômes», a-t-il insisté, regrettant «la très grande insouciance» dont font preuve certains en ne respectant pas les règles de distance physique.

Avec 2619 morts recensés officiellement, sur un total de 9118 dans tout le pays, cette riche région du sud a été fortement touchée par le Covid-19, en partie à cause de vacanciers de retour d’Autriche, où le virus a largement circulé dans plusieurs stations de ski.

Un nouveau foyer a été détecté ce week-end dans le land: quelque 480 salariés d’une exploitation agricole, dont de nombreux saisonniers d'Europe de l'Est, ont été placés en quarantaine après que 174 d’entre eux eurent été testés positifs. Lundi, ces travailleurs désormais désœuvrés, masques sur le visage, étaient assis sur les marches de préfabriqués qui leur servent de logis dans cette région rurale reculée, a constaté un journaliste de l’AFP.

AFPE