Passer au contenu principal

Le coup de fourchetteAlliance américano-vaudoise à la carte et aux manettes de The Local

Coley Dennis et Lina Favaro marient le meilleur des deux pays dans leur restaurant de Villars-le-Terroir.

Colley Dennis et son épouse Lina Favaro, l’Américain et la fille d’Echallens, qui ont imaginé et conçu The Local à leur image.
Colley Dennis et son épouse Lina Favaro, l’Américain et la fille d’Echallens, qui ont imaginé et conçu The Local à leur image.
Jean-Paul Guinnard

A l’entrée de The Local, aux portes d’Echallens, une ardoise au mur annonce la couleur: ici, on mange des burgers «comme là-bas», mais confectionnés avec des produits locaux: buns d’Echallens, bœuf de Bercher, frites du Mont-sur-Lausanne ou fromage de Vuarrens. Un concept très tendance sauf qu’ici les patrons l’appliquent aussi pour eux-mêmes: Coley Dennis est originaire du Michigan et son épouse Lina Favaro a grandi au village.

Professionnelle de la communication visuelle, cette dernière s’est occupée de la déco du lieu qu’elle a voulu plus industrielle que façon «diner 50’s». Mais en cuisine, c’est Coley, cuisinier de formation, qui gère. Cela se sent dès la première entrée puisque les onions rings (7 fr.) sont l’exact contraire de ceux des fast food: le légume, fondant sur la langue, occupe toute la place, et la friture est réduite au minimum. Plus difficile de se démarquer avec les Tres Amigos (10 fr. 90), mais le guacamole et la sauce californienne accompagnant les nachos sont bons.

Neuf variétés de burgers

Passons aux choses sérieuses avec l’emblème des lieux: le burger. Neuf variétés figurent à la carte, plus une qui change régulièrement. Nous optons pour deux qui nous semblent un peu plus originaux: le chèvre et le Luigi, clin d'oeil aux papa de la patronne (16 fr. 90 chaque, 21 fr. 90 avec frites maison ou salade). Servis dans des paniers en métal, ils rassurent d’emblée par leur taille: il n’y aura pas besoin d’en commander un second!

Avec sa sauce moutarde aux figues et ses oignons caramélisés, le premier joue sur les saveurs aigre-douces, sans tomber dans l’écœurant. Le fromage de chèvre est présent, sans écraser le tout. Exercice réussi. Dans le second, la présence de parmesan et de roquette font dériver New York jusqu’à Rome. Certains puristes crieront au scandale, mais force est de reconnaître que le rapprochement fonctionne.

Pour faire passer tout ça, quelques vins sont à la carte, ainsi qu’une palette variée de bières. Entre locales ou exotiques, on ne choisira pas en optant pour une Blue Moon (bière blanche américaine de style belge), suivie d’une plus corsée Pèdze (American Pale Ale de La Challensoise).

«Best Brownie Ever»

Jolie surprise avec les desserts, eux aussi fait maison, copieux et présentés de manière originale dans des petits pots en verre.La tartelette au citron vert (fr. 6.50) et le Best Brownie Ever avec sa boule de glace ( fr. 9.50) finissent à merveille ce repas américain à l’accent vaudois.

Jolie surprise enfin avec les desserts, eux-aussi fait maison, copieux et présentés de manière originale dans des petits pots en verre. La tartelette au citron vert (fr. 6.50) et le best brownie ever avec sa boule de glace ( fr. 9.50) finissent à merveille ce repas américain à l’accent vaudois.