Passer au contenu principal

On skie un masque sous le… masqueAllkov protège du froid, du Covid et des rayures

L’invention rolloise a déjà séduit la station de Zermatt qui l’a customisée avec, surprise, le Cervin.

Allkov se fixe à l’arrière du casque et se manipule très facilement même avec des gants.
Allkov se fixe à l’arrière du casque et se manipule très facilement même avec des gants.
DR

Jusqu’à cette étrange année 2020, quand on parlait de masque à la montagne, cela voulait dire les lunettes de ski. Aujourd’hui, si on veut dévaler les pentes, on est obligé de mettre un masque sous notre… masque dans les files et remontées mécaniques. Amateur de glisse et ingénieur dans un bureau de design à Rolle, Rémi Finiel s’est intéressé au problème dès l’automne.

«Pas question d’attendre les décisions politiques qui, en plus, changent tout le temps, s’amuse-t-il. J’ai regardé ce qui se faisait sur le marché en matière de sécurité contre le virus dans la famille des masques communautaires qui protègent avant tout l’autre. Et comme ce que j’ai trouvé ne me paraissait pas optimal, je me suis mis à dessiner!»

Le problème de la jugulaire

L’offre existante se limite essentiellement à des tours de cou que l’on remonte au-dessus du nez. Ils glissent et sont souvent difficiles à attraper avec des gants. «En plus toutes les images de démonstration sont sans casque alors que tout le monde en porte un, explique le designer. Et la jugulaire gène énormément au moment de vouloir remonter le tissu.»

«Je voulais un produit qui dure au-delà de cette pandémie.»

Rémi Finiel

Rémi Finiel, qui conçoit justement des casques, décide que son produit s’attacherait au clip à l’arrière de ceux-ci. Fin septembre il tient son prototype et lui fait passer tous les tests en laboratoire en octobre. Allkov (qui vient de «cover all» littéralement: couvre tout) est né. «Je voulais un produit qui dure au-delà de cette pandémie, c’est pour cela qu’il est trois en un: à la cave il protège le cou du froid, au rez-de-chaussée il protège les autres des éventuels virus et à l’étage il protège le masque ou la visière des rayures quand le casque n’est pas porté!»

Son design, ses validations en laboratoire et son potentiel marketing ont déjà séduit la station de Zermatt qui le vend customisé avec évidemment un Cervin à la place du sourire.

Disponible dès le 15 décembre en 10 coloris dès 19 fr. 90 sur www.allkov.ch

1 commentaire
    Alana

    Personnellement, je préfère la solution proposée par heidimask.

    Elle est bien plus élégante, facile à porter et intègre un masque chirurgical standard dont la protection est largement démontrée.

    En plus, ils ont pleins de designs super sympa.