Passer au contenu principal

Royaume UniAmber Heard assure avoir aimé Johnny Depp, malgré tout

Au cours d’une audience qui doit déterminer si «The Sun» a ou non diffamé l’acteur américain en le qualifiant de «mari violent», son ex-épouse a peiné à dire du mal de son ancien amour.

Le 23 juillet 2020, au sortir du tribunal.
Le 23 juillet 2020, au sortir du tribunal.
AFP

L'actrice américaine Amber Heard a assuré ce jeudi à Londres qu'elle avait aimé son ex-mari Johnny Depp et espéré jusqu'au bout qu'il sortirait de sa dépendance aux drogues et à l'alcool, lors du procès en diffamation intenté par l'acteur au tabloïd britannique The Sun.

«Je l'aimais et je ne voulais pas perdre ça (...), son autre face était celle d'un monstre, mais j'ai toujours gardé l'espoir qu'il se désintoxiquerait», a-t-elle dit, interrogée par l'avocate du Sun.

Johnny Depp poursuit le quotidien pour l'avoir qualifié en avril 2018 de «mari violent». La société éditrice du journal, NGN, invoque pour sa défense 14 incidents dans lesquels le héros de «Pirates des Caraïbes» se serait montré violent envers son épouse.

Le procès, dans sa troisième semaine, a donné lieu à un grand déballage de la vie tourmentée du couple, y compris la description des épisodes les plus scabreux, Depp reconnaissant une consommation abusive de drogues et d'alcool, et accusant en retour de violences son ex-épouse, qu'il dépeint comme une calculatrice narcissique et sociopathe.

Amber Heard, 34 ans, citée comme témoin par la défense du Sun, s'est défendue de tirer le moindre avantage de la situation. «Je ne voulais pas mettre Johnny (dans une position) où le monde entier ou ses enfants sauraient dans les détails qui il est, ou ce dont il est capable. C'est gênant», a-t-elle dit.

Elle a assuré qu'elle n'avait aucune envie d'être dans un tribunal et qu'elle voulait juste que Depp la «laisse tranquille».

Interrogée sur un éventuel bénéfice pour sa carrière, elle a répliqué: «Non. Quelle femme a jamais tiré bénéfice d'être victime de violences domestiques?»

Johnny Depp, qui a longuement témoigné lors de ce procès ouvert le 7 juillet, a de son côté affirmé n'avoir jamais levé la main sur une femme.

Le couple s'était rencontré en 2011 sur le tournage de «Rhum Express» et a divorcé début 2017, après moins de deux ans d'un mariage orageux.

Le procès doit s'achever mardi.

AFP/NXP