Passer au contenu principal

Canton de VaudAppel au sabotage: la ZAD de la colline recadre son propos

Après un tract appelant au sabotage suite à la votation perdue sur les multinationales, la ZAD, qui occupe le Mormont estime qu’il y a eu un «gros malentendu» et de la «maladresse».

Un collectif occupe depuis le 17 octobre dernier le site du Mormont – entre Lausanne et Yverdon – où le cimentier Holcim souhaite étendre sa carrière.
Un collectif occupe depuis le 17 octobre dernier le site du Mormont – entre Lausanne et Yverdon – où le cimentier Holcim souhaite étendre sa carrière.
KEYSTONE

Après la votation perdue sur les multinationales responsables, la ZAD de la Colline, qui occupe le Mormont (VD), a diffusé un tract sur les réseaux sociaux qui appelle au «sabotage» et à des actions de «désobéissance civile, violentes ou non». Face aux critiques, elle a recadré et précisé son propos, qui ne s’applique pas au contexte local.

«Il y a eu un gros malentendu, et peut-être un peu de maladresse», a expliqué jeudi à Keystone-ATS un militant, membre de cette première ZAD (Zone à défendre) de Suisse. En résumé, les quelques mots qui ont suscité la polémique ne visaient pas Holcim et la situation du Mormont.

Il fallait les comprendre dans le contexte plus large des multinationales qui exploitent des enfants et détruisent l’environnement, dit-il en substance. «Nous accordons une grande importance à l’intégrité physique», ajoute-t-il.

«Plusieurs d’entre nous étaient assez désespérés après le rejet de l’initiative», complète-t-il. A ses yeux, ce vote montre «l’échec de la démocratie suisse» pour réagir à l’urgence climatique et aux problèmes sociaux. «Mais nous n’appelons pas à la violence dans le cadre de la ZAD de la Colline», affirme-t-il.

Un collectif occupe depuis le 17 octobre dernier le site du Mormont – entre Lausanne et Yverdon – où le cimentier Holcim souhaite étendre sa carrière. Ce projet d’extension est suspendu à un recours au Tribunal fédéral, déposé l’été dernier par des associations de protection de l’environnement. Les zadistes ont annoncé qu’ils occuperont la colline tant que les lieux ne sont pas protégés.

Recours au Tribunal cantonal

En parallèle, ils ont fait recours le 30 novembre au Tribunal cantonal vaudois contre la décision de la commune de La Sarraz de retirer le permis d’habiter à Holcim pour la maison de la Cesseville, dans laquelle les zadistes se protègent du froid. Par cette démarche, la municipalité souhaiterait amener le cimentier à demander l’expulsion des militants.

Dans leur recours, les zadistes font valoir qu’il n’y a pas eu de «constat notoire d’insalubrité» de la maison concernée. La Commission de salubrité publique n’a pas inspecté les lieux et un architecte a attesté que la bâtisse ne représente pas de danger pour les personnes qui l’occupent, expliquent-ils dans un communiqué.

Ce recours a été déposé par l’association Les Orchidées du Mormont, présidée par le Prix Nobel de chimie Jacques Dubochet. L’objectif est que la lutte des zadistes ne soit pas «vidée de sa substance politique pour des raisons prétexte de sécurité matérielle» des lieux, précise le communiqué.

ATS/NXP

15 commentaires
    Jean de la Plume

    Au fond si on analyse la situation, la ZAD est tenue par des personnes qui on bien voyager autour de la planète pour aller découvrir des régions qui sans elles serai restée sauvage et maintenant ces mêmes personnes veulent nous donner des leçons.

    Quelles regardent le cheni qu'elle entassent dans une ZAD qui avant leurs arrivées était bien plus propre que maintenant.

    Heureusement que nous sommes dans une démocratie car je pense que dans certains autres pays ces personnes seraient remise à l'ordre avec bien mois de démocratie.