Passer au contenu principal

EditorialAprès les balles en mousse, les pavés?

Acquittés en première instance pour une partie de tennis sauvage chez Credit Suisse, les douze militants du climat ont été condamnés en appel. On pourra gloser à l’infini sur le verdict rendu jeudi matin, convoquant tout ce que le pays compte de juristes. Les plus progressistes regretteront que la justice n’ait pas voulu faire bouger les lignes. Ceux qui le sont moins applaudiront le fait qu’une Cour d’appel s’en soit tenu au droit. Et rien qu’au droit. Dura lex sed lex contre désobéissance civile: les camps qui s’opposent ne se rejoindront jamais.

Ces grands discours, qui ne manqueront pas, les jeunes activistes ne les entendront pas, ou peu. Car leur esprit est ailleurs. Il y a ceux qui ont déjà un œil rivé en direction du Tribunal fédéral, l’autre vers la Cour européenne des droits de l’homme. Quant aux plus agités, car il y en a, ils ne se soucient plus des querelles d’experts depuis belle lurette.

Lire aussi: Cette fois, les militants du climat ont été condamnés

Et pour cause: plusieurs de ces militants, dont la détresse est sincère, se sentent définitivement condamnés depuis longtemps. Par les températures qui grimpent et les catastrophes environnementales qui s’enchaînent. Face à l’urgence climatique, certains, qui pourtant en rêvaient, en sont même arrivés à renoncer à avoir des enfants.

Dura lex sed lex contre désobéissance civile: les camps qui s’opposent ne se rejoindront jamais.

L’effet qu’aura le verdict du jour sur les plus abattus est difficile à estimer. Mais la crainte qu’il pousse certains à s’engager sur des voies nettement plus radicales existe. Elle est exprimée au sein même du mouvement.La «gentille» désobéissance civile ne suffit pas à une frange du mouvement, qui veut durcir le ton. Le récent sabotage d’un pylône électrique à Gland est là pour rappeler que l’écoterrorisme peut frapper à notre porte. Demain, les balles en mousses lancées dans la succursale d’une banque laisseront peut-être la place à des projectiles d’un tout autre calibre.

Est-ce à dire qu’il aurait fallu confirmer l’acquittement des militants pour s’éviter le spectre d’une radicalisation? Probablement pas. Mais il est en revanche certain que la condamnation du jour n’endiguera pas la lame de fond des mouvements de défense du climat. Et que la justice n’en a pas fini avec les militants.

5 commentaires
    CHARLES PITTET

    Quoi la sciences de la Biologie condannée avec tout son entretien pratique. Le Brésil fait mieux que vous. D'autre part le martyr de ces sauveurs qui est l'écologie sans celui qui aparaitra comme le malin capable d'une nouvelle éducation mondiale pour tous car ce nouveau Dieu sera Anti-Christ. Le même Hitler. Il sera parfait pour vous, un instant, ensuite il gouvernera les peuples utilisant les moyens d'aujourd'hui pour atteindre une baisse de la population mondiale à 60%.