Passer au contenu principal

Vu du sofaArte sort des trésors de série et c’est cadeau jusqu’à Noël

Sur les plateformes numériques, c’est le grand bazar pour dénicher les séries. Mais pas sur la sérieuse chaîne européenne qui en replay, exhume des pépites. Revue des effectifs.

Jon Hamm et Daniel Radlcliffe dans «A Young Doctor’s Notebook», une merveille de 2012 à redécouvrir.
Jon Hamm et Daniel Radlcliffe dans «A Young Doctor’s Notebook», une merveille de 2012 à redécouvrir.
DR

Alors que les plateformes numériques, de Netflix à Amazone Prime Video, tiennent souvent du souk insondable, Arte.tv exhume une centaine d’heures choisies en accès gratuit jusqu’à fin décembre. Revue des effectifs.

  • «A Young Doctor’s Notebook» (2012)

Ne vous laissez pas intimider par le noble caractère de ce produit, une adaptation en 8 épisode des nouvelles autobiographiques de Mikhaïl Boulgakov (1891-1940), quand loin de Moscou, le docteur exerça aux premiers temps de la révolution russe. Jon Hamm, revenu de «Mad Men», sert de mentor à la bleusaille incarnée par Daniel Radcliff, ex-Harry Potter. Comme un fantastique «Bal de vampires» que ne renierait pas Polanski, la médecine provoque ici des vapeurs d’humour noir jubilatoire.

  • «Ill Behaviour» (2017)

Autre joyeuse bouffée d’amoralité britannique avec cette série où sévit Lizzy Caplan, déjà féroce dans «Masters of Sex». Toubib vénale à la libido échevelée et au cerveau camé, la brune accepte d’administrer une lourde chimiographie à un malade du cancer qui préfèrerait se soigner aux petites plantes. L’idée du traitement vient de son meilleur ami, par ailleurs amoureux égaré. Là encore, et jusqu’au 6e épisode, du comique trash et sexy.

  • «Stag» (2016)

Une partie de chasse au cerf tourne au cauchemar hilarant, jeu de massacre horrifique en peluche rose de Jim Field Smith. Un classique du comique absurde trash.

  • «Inside No 9» (2014)

Les comédiens anglais Steve Pemberton et Reece Shearsmith s’ingénient à placer le chiffre 9 dans les situations les plus abracadabrantesques. Humour acide comme la tranche de citron au Five O’Clock Tea,

  • «The Virtues» (2019)

Tout juste vainqueur de Séries Mania, cette plongée irlandaise dans le passé douloureux d’un dépressif alcoolo évoque les meilleurs moment du cinéma social british à la Ken Loach et autre Mike Leigh.

  • «La gifle» (2011)

Adapté du best-seller australien de Christos Tsiolkas avec Melissa George, cette chronique de mauvais voisinage claque tous les travers d’une communauté quand un adulte donne une baffe à un gamin qui ne l’avait pas volée.

  • «Hatufim» etc.

Autre facette de cette offre soignée, quelques séances de rattrapage de séries désormais classiques, soit parce qu’elles ont estampillé la discipline («Borgen» ou «The Killing» en matière de série noire, «Ainsi soient-ils» au rayon des créations originales européennes ou «Hatufim» en matrice israélienne du futur succès américain de «Homeland») sont encore disponibles in extenso.