Passer au contenu principal

SuisseAssemblée du PDC: nouveau nom et fusion avec le PBD au menu

Les délégués du PDC décident samedi, dans un vote décentralisé, si leur parti fusionne avec le PBD. Ils doivent aussi se prononcer définitivement sur le nouveau nom du parti, «Le Centre». Sur ce point, une fronde a été lancée en Valais et dans les deux Bâle.

Les délégués du PDC doivent entériner samedi le choix contraignant de la base qui a approuvé le nouveau nom du parti, «Le Centre», dans un vote en ligne. Le président démocrate-chrétien Gerhard Pfister dirige l’assemblée décentralisée en vidéoconférence depuis Unterägeri/ZG (archives).
Les délégués du PDC doivent entériner samedi le choix contraignant de la base qui a approuvé le nouveau nom du parti, «Le Centre», dans un vote en ligne. Le président démocrate-chrétien Gerhard Pfister dirige l’assemblée décentralisée en vidéoconférence depuis Unterägeri/ZG (archives).
KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

La base du parti s’était prononcée pour le changement de nom avec une majorité de 60,6%. La participation à ce scrutin en ligne avait atteint 27,2%. Cette décision préliminaire a un caractère contraignant pour les délégués. Il faut toutefois une majorité des deux tiers pour entériner le changement de nom du PDC.

En cause: le «C» comme «chrétien»

Or, une fronde s’opposant à l’abandon du «C» comme «chrétien» s’est organisée récemment, notamment en Valais. Le PDC du Haut-Valais a déposé une demande de renvoi de la décision. La section du Valais romand s’oppose, elle aussi, au changement de nom, «Le Centre» étant «difficile à décliner» dans la région, selon son secrétaire général.

Dans le Jura, autre bastion catholique du parti, «le débat émotionnel fait rage», selon le «Quotidien Jurassien». Dans les deux Bâle, des membres du parti ont demandé un renvoi du vote auprès de l’instance arbitrale interne.

La direction du PDC est, elle, largement favorable au changement de nom qu’elle a initié. Elle espère ainsi stopper le recul constant de l’électorat du parti et même séduire de nouveaux électeurs. Une étude de l’institut gfs. Bern a montré que le terme «chrétien» est rédhibitoire pour beaucoup de citoyens centristes.

En vidéoconférence sur 13 sites

En raison de la pandémie, l’assemblée des délégués se prononce en vidéoconférence de manière décentralisée sur 13 différents sites. Cette organisation complexe permet de respecter les mesures de protection de la Confédération contre le coronavirus et celles de certains cantons plus restrictifs. Au total, 30 à 50 personnes sont réunies par site, selon les restrictions en vigueur sur place.

L’assemblée est dirigée depuis Unterägeri (ZG) par le président zougois du parti Gerhard Pfister. La conseillère fédérale démocrate-chrétienne Viola Amherd prend part à l’événement depuis Lucerne. Des délégués sont aussi réunis à Fribourg, Bulle (FR), Winterthour (ZH), St-Gall, Sargans (SG), Sempach (LU), Erstfeld (UR), Buchs (AG), Oensingen (SO), Reinach (BL) et Lostallo (GR).

Oui préalable du PBD

Le Parti bourgeois-démocrate (PBD) a, lui, d’ores et déjà approuvé la fusion entre les deux partis il y a deux semaines. Ses délégués ont aussi dit «oui» au nom du futur parti fusionné.

ATS/NXP