Passer au contenu principal

Essai Porsche 911 Turbo S CabrioAttention, 650 chevaux, ça décoiffe!

À bord de ce bolide cheveux au vent, on rêve aux courbes d’un circuit qui permettraient de le faire rugir. C’est bon de rêver, non?

Un plaisir absolu à bord du cabriolet 911 Turbo S
Porsche 911 Turbo S Cabriolet
Un plaisir absolu à bord du cabriolet 911 Turbo S
PORSCHE

Bien entendu, le regard des gens responsables mâtinés d’écologie s’assombrit en regardant passer la nouvelle 911 (modèle 992). Surtout dans sa version Turbo S de 650 ch décliné en cabriolet conjuguant puissance et plaisir de rouler cheveux au vent.

Oh! Les sensations sont fortement gommées en respectant les limitations, on peut toutefois faire chanter la mécanique en montant parfois dans les tours.

Cette nouvelle 911 a pris un peu d’ampleur, en particulier en largeur. Le résultat d’un élargissement des voies (42 mm à l’avant, 10 mm à l’arrière) débouchant sur une meilleure assise.

Stabilité et agilité nettement améliorées

La stabilité et l’agilité sont aussi renforcées par une amélioration de l’aérodynamisme, l’agrandissement de l’aileron arrière, l’adoption d’une monte mixte (pneus 20 pouces à l’avant et 21 pouces à l’arrière) et, en option (1810 fr.), l’installation du châssis sport (PASM) abaissé de 10 mm. Sans oublier le perfectionnement de la traction intégrale dont la boîte de transfert transmet nettement plus de couple.

Les motoristes Porsche restent bien entendu fidèles au six cylindres boxer biturbo qui développe donc ici 650 ch, soit 70 de plus que le modèle 991.

Son couple (800 Nm) gagne aussi 50 Nm Il est géré par la fabuleuse boîte robotisée PDK à double embrayage et huit rapports.

Décapoter en 12 secondes jusqu’à 50 km/h

Le cabriolet est presque la copie du coupé. Il pèse 70 kg de plus, mécanisme de la capote oblige. Cette dernière reste immuablement en toile, Porsche a le sens de la tradition. Les ingénieurs ont utilisé le magnésium pour réduire au maximum son poids. Ils ont aussi réalisé de légères corrections des prises d’air et de l’aileron arrière pour mieux canaliser les flux d’air.

Découvrir le véhicule en roulant (50 km/h maximal) ne prend que douze secondes. Évidemment les occupants sont sérieusement décoiffés lorsqu’on atteint les 80-90 km/h, même si les vitres sont relevées. Mais c’est aussi cela le plaisir de rouler cette 911.

1 commentaire
    Titou1233

    totalement indécent quand on sait le marasme écologique dans lequel nous nous trouvons