Passer au contenu principal

Le coup de fourchetteAu BioTruck de Bex, tout est bio, bien, bon et beau

L’ancien food truck et take-away s’est posé dans des locaux spacieux dans le Chablais, et c’est tant mieux.

Monia et Giuseppe Esposito entourant Christian Nicolo, leur cuisinier.
Monia et Giuseppe Esposito entourant Christian Nicolo, leur cuisinier.
Vanessa Cardoso

Dans l’ancienne caserne de Bex rénovée s’est développée presque à l’insu de ses créateurs une petite perle de restaurant: le BioTruck. Vous avez peut-être déjà dégusté les plats végétariens proposés par Monia et Giuseppe Esposito dans leur food truck ou leur take-away (désormais fermé) de Lausanne.

On se sent bien sous les hauts plafonds industriels, dans un décor alliant bois, verdure et vieux mobilier retapé, les baies vitrées offrant un cadrage au panorama végétal. «Au départ, nous cherchions un petit local où installer notre laboratoire, raconte Monia. Nous sommes tombés sous le charme de cet endroit. Comme il n’y avait qu’un grand espace à disposition, nous avons décidé d’ajouter une ou deux tables. Que cela devienne notre projet principal n’était pas prévu!»

Créé en 2017 par ces anciens de la vente en quête de valeurs terriennes, le concept a donc migré début janvier vers la Cité du sel. Le public a adhéré tout de suite. La carte est végétarienne, bio et zéro déchet. Elle privilégie les produits locaux et de saison. Végétarien, le chef Christian Nicòlo s’est éclaté à composer une carte explorant des combinaisons originales plutôt que des classiques réinterprétés sans chair animale. Les curieux seront ravis par l’option tapas, histoire de tester plein de choses.

Nous dégustons en entrée les samosas aux légumes et chutney de pommes, combo ultraparfumé et croustillant (11 fr.) et un œuf mollet avec légumes anciens (12 fr.) Avec en réalité deux œufs, ce plat onctueux, agrémenté de fenouil confit et d’une touche de curry, a pour défaut d’être un poil généreux en début de repas.

Tout se révèle d’ailleurs copieux. Le veggie burger à la raclette (24 fr.) ravit une convive qui n’en vient pas à bout, alors que l’autre savoure un mélange de champignons, tofu mariné et légumes de saison et riz basmati (28 fr.) Avec sa sauce Teriyaki, le fromage de soja réputé insipide se mue en mets plaisants. On conclut sur un flan coco, sucré juste comme il faut (6 fr.)

Avis aux familles: un coin bibliothèque et jeux agrémente le restaurant. Les dimanches, un brunch complète la carte dotée d’une sélection pour jeunes papilles. Bonus: le service est adorable.