Passer au contenu principal

Retour aux sourcesAu Moulin de La Vaux, la farine est authentique

Avec une centaine d’agriculteurs, Olivier et Caroline Pioux défendent leur production locale.

Olivier gère la fabrication, Caroline l’administration. Ils habitent sur place avec leurs deux grandes filles et «Paf», le chien.
Olivier gère la fabrication, Caroline l’administration. Ils habitent sur place avec leurs deux grandes filles et «Paf», le chien.
Florian Cella/24Heures

Cela fait cinq ans que les Pioux ont rejoint le Moulin de La Vaux, niché au bord de la rivière en dessous d’Aubonne. Et ils y sont très bien. «C’est à croire qu’on a dû vivre en Suisse dans une vie antérieure», affirme Olivier, né il y a quarante-neuf ans dans le Val de Loire, avant de se former à Paris. Il travaillera ensuite dans deux petits moulins avant de filer à Marseille, où il rencontre Caroline, et de partir ensuite au Maroc, à Casablanca, en 2001. «Moi qui me croyais totalement citadine, dit la fille de boulangers phocéens, je me suis découverte campagnarde en arrivant ici, en redécouvrant le rythme des saisons, l’automne en particulier.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.