Passer au contenu principal

Environnement vaudoisAubonne a pris son temps avant de déclarer l’urgence climatique

Après avoir beaucoup réfléchi, le Conseil communal a décidé d’aller dans le sens d’un élu très obstiné pour tenir compte des enjeux environnementaux dans ses projets à venir. Reste à voir comment.

Après de nombreux mois de discussions et d’hésitations quant au sens réel de l’initiative, Aubonne s’est finalement déclarée en faveur de l’urgence climatique.
Après de nombreux mois de discussions et d’hésitations quant au sens réel de l’initiative, Aubonne s’est finalement déclarée en faveur de l’urgence climatique.
Philippe Maeder/Archive

On l’entend souvent, dans la politique suisse, il faut du temps pour qu’une décision soit prise. Ce n’est pas Wladimir Mange qui dira le contraire, lui qui a déposé une motion «Urgence climatique» au Conseil communal d’Aubonne le 26 mars 2019. À cette époque, la jeune Greta Thunberg avait commencé sa grève de l’école depuis un peu plus de six mois et son cri d’alarme en faveur de l’environnement avait gagné la Suisse depuis le début de l’année. On pouvait alors presque parler de précurseur pour qualifier l’élu aubonnois, qui s’inscrivait dans la droite ligne du Grand Conseil, le parlement ayant adopté une résolution d’urgence climatique, le 19 mars.

La suite est plus lente! Car si cet acte fort a finalement été approuvé, les débats ont été fournis lors de la dernière séance de l’organe délibérant aubonnois, plusieurs élus s’interrogeant notamment sur ce que signifie concrètement le fait de déclarer cette urgence, avec quelles conséquences pour la commune. L’initiateur de la motion a alors décrété la même chose qu’il y a dix-neuf mois: «Il est toujours intéressant de savoir où l’on va, avant de savoir comment y aller.»

Un avis partagé par le conseiller Nicolas Pulfer. «Nous soutenons tous l’idée d’agir pour l’environnement et le climat. La Municipalité est d’accord, le Conseil communal aussi, mais au moment où il faut le dire un peu plus fort et l’assumer par une déclaration d’urgence climatique, tout le monde se retient. C’est dommage! Il faut officialiser le fait qu’Aubonne est concernée par cette problématique.»

Citoyens au front

Si la motion a finalement été largement acceptée et l’urgence climatique déclarée, les prochaines actions du Conseil communal seront sans aucun doute attentivement scrutées. Un groupe de citoyens – présents en nombre dans le public durant la séance – a en effet rédigé un manifeste pour l’environnement. Signé par près de 90 Aubonnois, il compte dix demandes, parmi lesquelles notamment la mise en place d’un Agenda 21 fixant des objectifs annuels de développement durable, le développement et la favorisation de la mobilité douce, l’inscription et l’engagement vers une labellisation «Commune suisse 100% bio» ou encore la création d’une coopérative d’habitation.

«Mon énergie interne n’est pas totalement renouvelable et elle commence à s’épuiser.»

Wladimir Mange, conseiller démissionnaire à l’origine de l’urgence climatique

Déclarer l’état d’urgence était un premier pas, les élus devront désormais y fournir de la substance sans décevoir leurs concitoyens. Quant à l’homme qui avait initié ce processus, Wladimir Mange, il a annoncé sa démission quelques minutes après l’adoption de sa motion. «Mon énergie interne n’est pas totalement renouvelable et elle commence à s’épuiser», a dévoilé, ému, ce pionnier pour expliquer son retrait après cette belle victoire, acquise de haute lutte toutefois.

2 commentaires
    Semaphore99

    Du bla-bla à l'état pur. Les citoyens sont pour l'idée, à la condition que cela n'entraîne aucun coût et aucune restriction à leur liberté de déplacement.